Libération


Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Appel à l'ouverture d'une représentation diplomatique française dans nos provinces du Sud



Réunion conjointe des groupes d'amitié du Sénat et de la Chambre des conseillers



Les groupes d’amitié France-Maroc du Sénat et Maroc-France de la Chambre des conseillers ont tenu, mardi, une réunion conjointe par visioconférence depuis Paris et Rabat, la première depuis le début de la pandémie. Tenue à l’initiative du président du groupe d’amitié France-Maroc, Christian Cambon, également président de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat, et du premier vice-président de la Chambre des conseillers, Abdessamad Kayouh, la réunion a été l’occasion d’échanger sur trois principaux thèmes, à savoir "Le Parlement face à la gestion de la crise sanitaire : regards croisés entre le Maroc et la France", "Le développement des territoires et la coopération décentralisée : le rôle des Chambres hautes", et "Les relations franco-marocaines : la contribution des groupes d’amitié", indique un communiqué du groupe interparlementaire d’amitié France-Maroc du Sénat. De nombreux parlementaires français et marocains ont pris part aux échanges, notamment Roger Karoutchi, sénateur des Hauts de Seine (LR), 1er vice-président en charge des activités internationales et des groupes d'amitié, Catherine Dumas, sénatrice de Paris (LR), vice-présidente du groupe d’amitié, Corinne Féret, sénatrice du Calvados (SER), vice-présidente de la délégation aux collectivités territoriales et à la décentralisation et vice-présidente du groupe d’amitié, ainsi que Catherine Morin-Desailly, sénatrice de la Seine-Maritime (UC), vice-présidente du groupe d’amitié, Claude Kern, sénateur du Bas-Rhin (UC) et secrétaire du groupe d’amitié et Olivier Cadic, sénateur représentant les Français établis hors de France (UC), ajoute le communiqué. "Cette réunion conjointe, la première depuis le début de la pandémie, organisée par visioconférence entre Paris et Rabat, dans le respect des règles sanitaires, a permis de démontrer que, malgré la Covid19, les deux groupes d’amitié continuent de contribuer à l’approfondissement des relations d’amitié et de coopération entre les deux assemblées, et plus largement entre les deux pays" a déclaré le président Christian Cambon. Le président du groupe d'amitié France-Maroc s’est également félicité de "la très large convergence de vues" constatée lors de cette réunion. Le premier vice-président de la Chambre des conseillers et président du groupe d’amitié Maroc-France, Abdessamad Kayouh, a appelé, au nom du groupe d’amitié Maroc-France, son homologue au Sénat à soumettre au gouvernement français une proposition d'ouverture d'une représentation diplomatique dans les provinces du Sud. A cette occasion, il a appelé le groupe d’amitié France-Maroc du Sénat à redoubler d’efforts de sensibilisation et à s'engager dans ces dynamiques positives, mettant en exergue l'importance de la dynamique que connaît la question de l'intégrité territoriale du Royaume. Cette dynamique, poursuit-il, s’illustre à travers l'ouverture de plusieurs pays de consulats généraux dans les provinces du sud ainsi que par la reconnaissance des Etats-Unis de la souveraineté pleine et entière du Maroc sur son Sahara. Dans ce sens, il a rappelé les différentes visites du groupe d'amitié au Maroc, notamment celle effectuée en 2019 à Dakhla où ses membres ont pu constater les réalisations importantes des provinces du Sud ainsi que les projets de développement lancés par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, soulignant les efforts déployés par la Chambre de commerce et d'industrie française au Maroc pour le renforcement de la coopération économique entre les deux pays, notamment au niveau des provinces du sud du Royaume. En outre, le vice-président de l’institution législative a passé en revue les réalisations des deux groupes d'amitié au terme de ce mandat, malgré la conjoncture exceptionnelle liée à la propagation de la pandémie de la Covid-19, rappelant les consultations et coordinations entre les deux instances à l’horizon d’une étape post-Covid-19. Cette rencontre, souligne-t-il, s’inscrit dans le cadre de la consolidation des relations d’amitié entre les deux institutions législatives et de l’échange régulier autour de diverses questions d’intérêt commun malgré le contexte pandémique actuel. Abdessamad Kayouh n’a pas manqué de mettre en exergue les mesures prises pour lutter contre la propagation de la Covid-19 sur le territoire national, sous la conduite éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, indiquant que le Royaume a adopté un plan d’action proactif dans plusieurs secteurs d’activité, notamment aux niveaux sanitaire, économique et social. Toutes les composantes de la société marocaine se sont dûment intégrées dans cette optique, s'est-il réjoui. Pour sa part, le président du groupe d’amitié France-Maroc, Christian Cambon, également président de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat, a affirmé que la France a toujours soutenu la position marocaine et son initiative sérieuse et crédible pour l'autonomie du Sahara, sous l’égide des Nations unies, soulignant que la France poursuit ses efforts de mobilisation autour de la proposition marocaine. Par ailleurs, il n’a pas manqué de rappeler la visite effectuée par des sénateurs français en 2010 pour s'informer des efforts de développement des provinces du Sud, saluant le succès de la campagne de vaccination du Maroc contre la Covid-19. Enfin, les deux parties ont souligné la nécessité de consolider davantage les relations parlementaires bilatérales et d'approfondir les discussions fructueuses sur divers sujets de coopération, malgré le contexte difficile imposé par la pandémie de coronavirus. La réunion a également été l'occasion de faire le point sur l'expérience du Maroc dans le domaine de la décentralisation et de régionalisation avancée en tant que choix stratégique du Royaume.

Libé
Mercredi 7 Avril 2021

Lu 608 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.