Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

745.283 interventions de sécurité réussies sur la voie publique en 2019


Le taux de résolution des affaires répressives enregistrées a atteint plus de 90%



La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a assuré que ses services ont mené au cours de l’année 2019 un total de 745.283 interventions de sécurité réussies sur la voie publique et ce, dans le cadre des efforts visant le renforcement de la police de proximité et le suivi de la couverture de sécurité des nouveaux pôles urbains. Quant au taux de résolution des affaires répressives enregistrées en 2019, il a atteint les 90,4%, indique la même source. Dans un communiqué relatif à son bilan au titre de l'année 2019 et à son programme d'action pour 2020, la DGSN indique avoir poursuivi, au cours de l’année qui s’achève, le processus de généralisation des salles de commandement et de coordination reliées aux unités mobiles de la police de secours, dans l’objectif d’intensifier la couverture sécuritaire, d’assurer la mobilité permanente des patrouilles sur la voie publique et d’optimiser les opérations et les délais d'intervention de la police. La DGSN fait savoir qu’il a été procédé, en ce sens, à la création de deux nouvelles salles de commandement et de coordination dans les préfectures de police de Fès et de Tanger qui travaillent actuellement en coordination avec les patrouilles mobiles déployées sur le terrain, notant que les préparatifs sont en cours pour l’inauguration d’une troisième salle au niveau de la préfecture de police de Kénitra. Ces actions ont contribué à l'augmentation, au cours de l’année 2019, du nombre des appels à l'aide qui a atteint 2.098.139 appels ayant donné lieu à 745.283 interventions de sécurité réussies sur la voie publique, précise le communiqué, soulignant que dans le cadre de l'accompagnement de l'expansion urbaine et du rapprochement des services de sécurité des citoyens, les services de la sûreté nationale ont créé vingt-quatre nouvelles structures de sécurité. Les services de police ont été ainsi renforcés par la mise en place du nouveau district de Bettana-Tabriquet (Salé), d'un commissariat régional à la ville d’El Attaouia, d'un commissariat au port de plaisance de Tanger, de dix nouveaux districts de police à Casablanca, Fès, Agadir, Salé, Nador et à Kelâat des Sraghna, outre la création de trois brigades de protection des sites sensibles à Marrakech, Fès et Tétouan, rappelle la DGSN. Il s’agit également, selon la même source, de la création de quatre services des accidents de la circulation à El Jadida, Taounate, M'diq-Fnideq et Taroudant, d’une brigade mobile de la circulation à Safi, la promotion du commissariat de circonscription de Guercif en sûreté régionale, ainsi que l'ouverture de deux écoles régionales de formation à Fès et à Laâyoune. Par ailleurs, dans le souci de sécuriser la pratique du sport, les services de la sûreté nationale ont procédé au cours de l'année 2019 à la restructuration des cellules de sécurité sportives créées au niveau des Commandements régionaux de sécurité, avec une définition précise de leurs missions de suivi des manifestations sportives, et l'ouverture de canaux directs de communication et de coordination avec les clubs sportifs et les supporters, de manière à éviter les actes de vandalisme liés aux compétitions sportives. La DGSN fait observer, en outre, que l’année 2019 a aussi été marquée par la poursuite du projet de généralisation du système de gestion des arrondissements de police (GESTARR), qui a bénéficié aux préfectures de police d’Agadir, d’El Jadida et d’Errachidia, et qui permet une numérisation des documents de tous les services de police, de renforcer leurs mécanismes de contrôle et de simplifier les procédures d’attribution des documents administratifs aux citoyens.

​Les points clés du bilan

​Voici les 10 points clés du bilan de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) au titre de l'année 2019:

1- 745.283 interventions de sécurité réussies sur la voie publique.
2- Création de vingt-quatre (24) nouvelles structures de sécurité.
3- Poursuite du processus de généralisation des salles de commandement et de coordination reliées aux unités mobiles de la police de secours, qui vise à intensifier la couverture de sécurité, à assurer la mobilité permanente des patrouilles sur la voie publique et à gérer et réduire les délais d'intervention de la police.
4- 639.116 affaires répressives, dont 577.775 ont été clarifiées, avec un taux de réussite d'environ 90,4%, tandis que 644.025 personnes ont été traduites en justice, dont 43.008 femmes et 23.764 mineurs.
5- Généralisation du système informatique propre à la police des frontières (SGPF) dans 26 postes frontières du Royaume pour faciliter la fluidité des déplacements des voyageurs, sécuriser le contrôle aux frontières et étendre le réseau de connectivité au système informatique des arrondissements de police.
6-Restructuration des cellules de sécurité sportive, avec une définition précise de leurs missions de suivi des manifestations sportives et l'ouverture de canaux directs de communication et de coordination avec les clubs sportifs et les supporters.
7- Généralisation du système de gestion des arrondissements de police (GESTARR) àAgadir,El-Jadida et Errachidia en vue de numériser le travail de tous les services de police, de renforcer leurs mécanismes de contrôle et de simplifier les procédures de remise des documents administratifs aux citoyens.
8- Soutien continu aux unités chargées de la lutte contre la criminalité, avec la création d'un service central de lutte contre le blanchiment d'argent et deux services au niveau de la Brigade nationale de la police judiciaire,spécialisés dans l'intelligence économique et l'identification des produits du crime, outre la révision globale de la structure et des fonctions des cellules de prise en charge des femmes victimes de violence, ainsi que la mise en place d'une commission conjointe des directions centrales, chargée de visiter et surveiller tous les lieux de garde à vue des mineurs.
9- Poursuite de la généralisation du système informatique de gestion des infractions routières ainsi que la rationalisation des opérations de perception des amendes forfaitaires via divers moyens de paiement.
10-Adoption du nouveau statut des fonctionnaires de la sûreté nationale, en application des hautes orientations Royales visant à doter les fonctionnaires d’un climat professionnel et social sain, leur garantissant des incitations administratives et financières importantes et des prestations de santé et sociales intégrées.

Libé
Mardi 24 Décembre 2019

Lu 1393 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif