Libération





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

3ème AfricaDev session du Club Afrique Développement sur les opportunités de la ZLECAf

Se tenir au courant de la mise en œuvre de la zone de libre-échange continentale africaine et des différents dispositifs d’accompagnement au sein d’Attijariwafa bank


Libé
Vendredi 22 Juillet 2022

3ème AfricaDev session du Club Afrique Développement sur les opportunités de la ZLECAf
Le Club Afrique Développement du groupe Attijariwafa bank a organisé, mardi 19 juillet, la troisième édition des AfricaDev Sessions en ligne autour du thème « Exploiter les opportunités de la zone de libre-échange continentale africaine » (ZLECAf).

AfricaDev Sessions est une série d’émissions et de débats à l’attention des entreprises et décideurs africains adressant les sujets d’actualité, de réflexion et de préoccupations économiques.

Pour débattre, Mouna Kadiri, directrice du Club Afrique Développement du groupe Attijariwafa bank, a reçu des invités de premier plan: Cynthia E. Gnassingbe-Essonam, Senior Advisor pour l’engagement du secteur privé auprès du secrétaire de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf); Mossadeck Bally, fondateur et président du groupe Azalai Hôtels et Daouda Coulibaly, directeur général d’Attijari West Africa du groupe Attijariwafa bank.

Cet échange a permis aux invités souhaitant se développer à l’intérieur du  continent, de se tenir au courant de la mise en œuvre de la ZLECAf mais aussi des différents dispositifs d’accompagnement au sein d’Attijariwafa bank et à l’échelle du continent.

Cynthia E. Gnassingbe-Essonam a déclaré que « l’accord de la Zone de libre-échange continentale africaine est signé par 54 pays, dont 43 ont déposé leurs instruments de ratification. L’accord mis en œuvre pourrait accroître les revenus des pays de manière significative ».

Mme Gnassingbe a mis en lumière les dispositions de la ZLECAf pour les secteurs porteurs dans les biens & services, les services financiers, les télécommunications, le BTP, la distribution, l’automobile, l’agro-industrie, le transport, l’industrie de la santé avec des piliers liés au commerce numérique, à la propriété intellectuelle, notamment.

« Un manuel des règles d’origine dans lequel vont être exposés plus de 5000 produits en détaillant leur process, leur traitement et leur tarification dans le cadre de cette Zone de libre-échange sera bientôt disponible à l’attention des entreprises », a ajouté Mme Gnassingbe.

De son côté, Mossadeck Bally, fondateur et président du Groupe Azalai Hôtels, pionner de l’industrie hôtelière panafricaine, a expliqué : « Il est vrai que la crise sanitaire et sociale liée au Covid-19 et le conflit entre la Russie et l’Ukraine sont venus mettre à nu nos défaillances dans plusieurs domaines.

Cette conjoncture a mené le groupe Azalai vers le business local en développant le MICE : Meeting International Conference Event et nous a fait découvrir un potentiel business local qu’on ne développait pas suffisamment. Aujourd’hui, il y a une nouvelle conception du tourisme et le potentiel de ce secteur en Afrique est africain. Il faut développer le tourisme intra-africain, il faut que nous les Africains, nous découvrions notre continent, que nous voyagions, que nous prenions nos vacances et que nous fassions des affaires sur notre continent. L’opportunité que nous offre la ZLECAf de commercer entre nous va développer considérablement ces opportunités ».

Mouna KADIRI a ajouté pour sa part que «la contrainte crée les moyens. Nous découvrons des ressources insoupçonnées chez nous qui sont à développer et à déployer et il a fallu des crises pour les révéler ».

Pour Daouda Coulibaly, la bonne nouvelle est dans la continuité, le groupe Attijariwafa bank croit en l’Afrique, en son potentiel de développement et en son avenir. Le groupe a lancé un plan stratégique « Ambition 2025 » dans lequel il y a une vraie volonté de renforcer sa présence, son financement et son accompagnement des entreprises africaines en s’appuyant sur trois leviers importants : l’accompagnement personnel et à la carte par rapport aux besoins du client et du pays ; l’accompagnement sur les conseils financiers ainsi que l’accompagnement sur les formations et sur l’écosystème client fournisseurs. Dans le cadre du Club Afrique Développement, une palette beaucoup plus complète de services est proposée.

Cette 3ème AfricaDev Session a ainsi décortiqué l’un des projets phares de l’agenda 2063 de l’Union africaine, avec de grandes ambitions comme celle de stimuler le commerce intra-africain par la création d’un marché continental unique.


Lu 1048 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS