Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Vers une meilleure coopération luso-marocaine en matière d'énergie


Vendredi 6 Mars 2015

​Vers une meilleure coopération luso-marocaine en matière d'énergie
Un avenir prometteur se profile pour les relations de coopération entre le Maroc et le Portugal dans le domaine de l'énergie et des énergies renouvelables, des secteurs stratégiques pour ces deux pays méditerranéens. 
Le ministre de l'Energie, des Mines, de l'Eau et de l'Environnement, Abdelkader Amara et son homologue portugais, Jorge Moreira da Silva, réunis en marge de la 2ème conférence ministérielle sur l'environnement et les energies renouvelables du Dialogue de la Méditerranée occidentale (5+5), se sont montrés optimistes et animés d'une volonté commune d'approfondir la coopération et d'échanger leurs expériences. 
"Il y a tout l'avantage de partager les expériences et d'essayer d'approfondir notre coopération avec le Maroc", a déclaré M.Moreira da Silva à la MAP à l'issue de la réunion bilatérale avec M. Amara. 
Le ministre a de même mis l'accent sur les énergies renouvelables, qui représentent un secteur stratégique pour le Portugal et le Maroc, deux pays tout à fait engagés dans un processus de développement de ces énergies.
De son côté, M. Amara a affirmé que la réunion a été fructueuse, faisant savoir que le Maroc a soulevé la question des interconnexions, étant donné que le Royaume est inscrit dans une grande stratégie énergétique et dans laquelle l'intégration des marchés européens énergétique et spécialement électriques est un objectif.
"Avec le Portugal, nous avons évoqué la possibilité d'avoir une interconnexion, ce qui va nous permettre de s'arrimer au marché ibérique, et par conséquent à l'Europe, en attendant bien sûr que la question d'interconnexion franco-espagnole soit réglée", a souligné le ministre. 
Et de rappeler qu'il existe déjà une interconnexion physique avec l'Espagne, et "nous souhaitons la renforcer et passer à une troisième ligne dans les prochaines années". 
"Nous sommes déjà connectés avec l'Algérie, et nous allons démarrer les études techniques détaillées sur une éventuelle connexion avec la Mauritanie entre Dakhla et Nouadhibou. Le Maroc est donc sur le bon chemin pour devenir un vrai carrefour énergétique", a-t-il affirmé. 
C'est un sujet très important, a-t-il poursuivi, qui intéresse le Maroc à plus d'un titre. D'abord en termes d'approvisionnement mais aussi sur le plan stratégique, sachant que le Maroc se fixe comme objectif d'être un carrefour énergétique, a noté M. Amara
Lors de sa visite au Portugal, M. Amara devrait aussi effectuer des visites à un terminal de gaz naturel liquéfié (GNL) et à une station d'énergie solaire.
Le Maroc ambitionne aussi de renforcer la coopération avec son voisin méditerranéen en matière de gaz et de tirer profit de son expérience avérée dans ce domaine, a indiqué le ministre, rappelant le lancement de la feuille de route de l'introduction du GNL au Maroc, pour un investissement de 4,6 milliards de dollars.
"Je suis très satisfait de savoir que de l'autre côté il y a aussi de l'enthousiasme. Le Portugal regarde le Maroc comme étant un pays sur lequel il peut s'adosser notamment pour aller sur d'autres marchés", a-t-il confié à la MAP. 
Près des deux tiers (63 %) de l'électricité consommée au Portugal en 2014 ont été produits à partir des énergies renouvelables, dépassant de 10 % la valeur enregistrée une année auparavant, selon les données de l'Association portugaise des énergies renouvelables. La principale source de production d'électricité est l'énergie hydraulique avec 29,4 %, suivie par l'énergie éolienne (23,7 %) et le charbon (22,2 %). 
Le Maroc a coprésidé aux côtés du Portugal les travaux de la 2ème conférence ministérielle sur l'environnement et les énergies renouvelables du Dialogue de la Méditerranée occidentale (5+5) (2 et 3 mars). Le Royaume va également accueillir la prochaine édition de cette réunion. 
Le Forum de la Méditerranée occidentale, regroupe dix pays riverains du bassin occidental de la Méditerranée: cinq pays du Maghreb (Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie et Tunisie) et cinq membres de l'Union européenne (Espagne, France, Italie, Malte et Portugal). 
Cette initiative a été lancée en France en 1983, mais a été officiellement établie à Rome, en 1990. Son objectif est de renforcer et d'enrichir le dialogue politique, économique et culturel entre les deux rives de la Méditerranée.


Lu 700 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS