Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Rapatriement des Marocains bloqués en Espagne

L'opération sera étendue par la suite à la Turquie, la France, les pays du Golfe et les pays africains




​Rapatriement des Marocains bloqués en Espagne
Le Maroc entamera dans 48 heures le rapatriement des Marocains bloqués en Espagne, a annoncé mardi à Rabat le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita. 
Le ministre, qui répondait à une question centrale à la Chambre des conseillers, a précisé que la priorité sera accordée aux ressortissants marocains résidant dans le sud de l'Espagne, particulièrement Algésiras, avant d'englober ensuite la Catalogne, le Pays Basque et la capitale Madrid. 
L'opération de rapatriement, qui bénéficiera aux personnes disposant de visas de courte durée, sera étendue par la suite à la Turquie, à la France, aux pays du Golfe et aux pays africains dans le strict respect des mesures sanitaires, a-t-il ajouté. 
Nasser Bourita a affirmé que les préparatifs vont bon train pour le retour des Marocains bloqués dans ces pays en raison des mesures adoptées en riposte à la pandémie de Covid-19, conformément à un calendrier bien défini. 
Les autorités marocaines sont engagées à mener à bien le rapatriement de ces citoyens selon une approche globale et responsable conciliant entre leur droit garanti au retour, les exigences de la situation épidémiologique et l'impératif de prise en charge des rapatriés et leur accompagnement dans les meilleures conditions.
Les premières opérations de rapatriement, a-t-il ajouté, ont permis le retour en trois semaines de 1.103 Marocains qui étaient bloqués à l'étranger.
Pendant la période du 15 au 22 mai, il a été procédé au rapatriement de 500 ressortissants bloqués dans les présides occupés de Sebta et Mellilia, a-t-il précisé.
"L'opération s'est poursuivie en Algérie avec le rapatriement le 30 mai de 306 personnes de la capitale Alger et 301 autres des villes d'Oran et Sidi Bel Abbès le 4 juin", a-t-il ajouté. 
Le ministre a fait savoir qu'un certain nombre de personnes qui étaient inscrites pour être rapatriées ne se sont pas présentées ou ont finalement décidé de ne pas rentrer pour des considérations professionnelles ou familiales, entre autres. 
La gestion de cette opération, a-t-il relevé, n'est pas du tout facile en ce sens que le Royaume veille à l'entourer de toutes les garanties sanitaires et à mobiliser les ressources humaines et financières nécessaires à cet effet. 
En plus des contraintes logistiques dans les pays où sont bloqués les Marocains, les efforts de rapatriement n'ont exploité que les deux tiers des sièges des avions affrétés dans un souci de respect de la distanciation. 
A cet égard, Nasser Bourita a mis l'accent sur le respect des mesures de confinement collectif pour 9 jours dans des hôtels classés, la mobilisation de dizaines de cadres médicaux et d'éléments des services de sécurité ainsi que la réalisation de deux analyses de laboratoire de type PCR pour chaque personne rapatriée à l'arrivée comme à la fin de la période d'isolement. 
 Près de 31.000 Marocains bloqués dans le Royaume sur fond des mesures anti-Covid-19 ont pu regagner leur pays d'accueil, a-t-il également précisé, soulignant que même si les vols de retour sont organisés par les ambassades de pays étrangers, le ministère des Affaires étrangères a mis en place une cellule pour recevoir les demandes des personnes concernées. 
Des contacts sont noués avec les ambassades afin de donner la priorité aux Marocains bloqués en interne, a-t-il ajouté, soulignant à titre d'exemple le cas de l'Italie qui s'apprête à mobiliser un ferry à cet effet. 
 Sur un autre registre, Nasser Bourita a fait observer que l'opération de rapatriement est effectuée de façon progressive, relevant qu'après l'Algérie, ce sera au tour des ressortissants marocains établis en Espagne pour en bénéficier dans les prochaines 48 heures.

Jeudi 11 Juin 2020

Lu 902 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif