Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Multiplication des tentatives d'immigration clandestine des côtes libyennes vers l'Europe

Un vieux bateau de pêche avec 700 clandestins à bord arraisonné par les garde-côtes non loin de Tripoli




​Multiplication des tentatives d'immigration clandestine des côtes libyennes vers l'Europe
Les garde-côtes libyens se trouvent confrontés, ces derniers jours, à la multiplication des tentatives d'immigration clandestine vers l'Europe, submergée par une vague sans précédent des candidats à l'illégalité.
Les patrouilles libyennes ont arrêté, mercredi, 700 nouveaux clandestins, dont des enfants et des femmes, dans deux opérations distinctes au niveau de la côte Ouest du pays, a indiqué un porte-parole de la police.
Près de 600 ressortissants africains tentaient de gagner la rive Nord de la Méditerranée à bord d'un vieux bateau de pêche, à partir de la ville de Sabrata non loin de la capitale Tripoli.
Les personnes interpellées, dont des femmes enceintes et 18 enfants, proviennent de Somalie, d'Erythrée, du Ghana et du Mali, a détaillé la même source.
Plus de 170 Erythréens, dont 27 femmes et deux enfants, étaient tassés dans une embarcation de fortune, avant leur arrestation à une trentaine de milles marins à l'Est de Tripoli.
Le week-end dernier, les garde-côtes libyens ont secouru plus de 600 immigrés clandestins, au moment où des milliers d'autres étaient repêchés par les patrouilles européennes.
Profitant d'une mer calme et de températures favorables, des centaines de migrants, essentiellement subsahariens et syriens, tentent quotidiennement la traversée de la Méditerranée pour rejoindre les côtes européennes, en dépit des récentes tragédies ayant fait plus de 1.200 victimes en avril.
Face à la multiplication des drames de l'immigration clandestine, l'Union européenne avait appelé à "un effort commun" en vue de "sauver les vies de gens désespérés qui cherchent un meilleur avenir, lutter contre les trafics et ceux qui font traverser la Méditerranée à ces gens".
Le gouvernement basé à Tripoli, non reconnu par la communauté internationale, a récemment tenté de démontrer qu'il n'était pas incapable de faire face à cet afflux. Il a notamment fait visiter à des journalistes les centres de rétention abritant quelque 7.000 personnes arrêtées alors qu'elles tentaient de prendre la mer.
L'Union européenne a récemment annoncé une plus forte mobilisation de moyens maritimes en Méditerranée. Mais elle laisse sceptiques les garde-côtes libyens.

Vendredi 8 Mai 2015

Lu 93 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.