Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Les victimes d’une coopérative de logement battent le pavé à Marrakech




​Les victimes d’une coopérative de logement battent le pavé à Marrakech
Marrakech a connu une grande mobilisation des forces de l’ordre à l’occasion de la marche de protestation organisée par des centaines de victimes d’une coopérative de logement qualifiée de fictive par les protestataires.
Cernées au départ de la marche pacifique devant le tribunal de première instance, les victimes ont pu, par la suite, tenir un sit-in devant  la Cour d’appel de Marrakech. Brandissant le drapeau national et les photos du Souverain, des centaines de protestataires ont scandé des slogans dénonçant la dépravation et l’impunité.
D’après des participants interviewés par «Libé», plusieurs centaines de citoyens ont été  arnaqués par sept individus qui prétendaient représenter une coopérative de logement.
«Cette coopérative a vu le jour en 2008. Après l’achat d’un terrain de quatre hectares au quartier Gueliz au prix de 70 millions de dirhams payables sur plusieurs tranches, son bureau a entamé les encaissements des acomptes auprès de 500  membres. Avocats, juges, retraités et fonctionnaires font partie des victimes qui n’ont jamais acquis le statut de membres effectifs pour la non tenue de l’assemblée générale de la coopérative», a déclaré une victime qui a avancé le chiffre de 64 millions de DH au titre des montants encaissés par le bureau de la coopérative.
Après une période d’attente qui n’a que trop duré, les victimes ont décidé de recourir à la justice pour faire valoir leurs droits. A leur grande surprise, ils ont découvert que son bureau dirigeant était composé de membres d’une même famille et que les montants perçus ont été utilisés par le directeur de ladite coopérative pour l’acquisition du terrain au nom de sa propre entreprise. 
Ce dernier ainsi que le président ont été condamnés à 5 ans de prison ferme et le trésorier à trois ans tandis que deux autres membres ont écopé d’une peine de trois ans. Les responsables de la coopérative ont été aussi condamnés à rembourser les 500 victimes tout en leur versant un dédommagement de 10%.
«La justice a dit son mot, mais nous attendons toujours la concrétisation de ce verdict, car notre souffrance financière et sociale n’a que trop duré», commente un protestataire. 

Abdelali Khallad
Mercredi 15 Avril 2015

Lu 409 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés