Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Les tribunaux croulent sous des dossiers en souffrance

Un sérieux frein au règlement de successions et d’héritage




​Les tribunaux croulent sous des dossiers en souffrance
Des milliers de dossiers relatifs aux successions et à l’héritage s’amoncellent tous les jours dans les tribunaux marocains dans l'attente d’une décision définitive. 
Surcharge de travail, manque de moyens ou de volonté, quelles que soient  les causes  de ces accumulations, le constat est que le traitement de ces dossiers prend de plus en plus de temps et les jugements sont rendus avec beaucoup de retard. 
Cette situation pénalise de nombreuses familles démunies qui espèrent entrer rapidement en possession de leur héritage, acquis en toute légalité, pour se donner un instant de répit et répondre aux difficultés notamment financières auxquelles elles sont confrontées.
Il est à souligner que dès lors que les héritiers ont pu partager à l’amiable les biens hérités, les sommes réunies dans le cadre de cet héritage permettent à bien des familles de résoudre plusieurs problèmes. Des différends entre membres d'une seule famille apparaissent ainsi et, dans certains cas, peuvent prendre des tournants difficiles allant parfois à des crimes odieux.
Le besoin financier l'emporte parfois sur les liens familiaux et les membres  d’une même famille risquent de se vouer une haine féroce. Le plus souvent, ils finissent par porter leur affaire devant les tribunaux qui accusent des retards avant de rendre leurs verdicts. 
Ainsi commence une longue bataille conjuguée aux procédures judiciaires et le tout couronné par le recours à des avocats aux nombreuses séances,  et surtout aux  frais qui auraient pu être évités. Ce qui est inquiétant, c’est que les avocats qui défendent la partie aisée pour juste retarder l'inévitable, font souffrir l'autre héritier démuni qui espère jouir d’un droit. Il est donc urgent qu’une alternative soit proposée pour épargner aux familles de tels scénarios. Dans ce cas, le gouvernement et le ministère de la Justice doivent impérativement porter une attention particulière à cette problématique dont on sait qu’elle génère  conflits et malheurs. En plus des répercussions qui peuvent s’avérer fatales pour certains. 
Le ministère de tutelle doit donc promulguer une loi en vue de trouver une solution définitive à ce genre de problèmes. 

Par Sami Reddad.
Jeudi 18 Juin 2015

Lu 315 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés