Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le mariage tente de moins en moins les Marocains

Le nombre des divorces en forte augmentation




​Le mariage tente de moins en moins les Marocains
Baisse de la polygamie et  des mariages, augmentation du nombre de  divorces,  accroissement des mariages des mineures… les tendances observées ces dernières années se confirment.  
Selon les statistiques récentes du ministère de la Justice et des Libertés, les Marocains tournent désormais le dos à la polygamie. Les mariages polygamiques sont passés de 0,35% en 2011 à 0,26% en 2012 avant d’atteindre 0,25% en 2013, soit 787 mariages consommés contre 806 en 2012.
Les mêmes chiffres ont révélé que les Marocains sont de moins en moins tentés de convoler en justes noces. Ainsi, le nombre de mariages célébrés au Maroc a continué à diminuer. Il est passé de 311.581 en 2012 à 306.533 en 2013, soit une baisse de 1,62%. 20,87% de ces mariages (soit 65.036 cas) ont été contractés  sans autorisation éventuelle d’un tuteur.
Concernant  les divorces, ils ont progressé dans le sens inverse de la courbe des mariages. Ainsi, le divorce par consentement mutuel a-t-il  augmenté de 4,8%, passant de 14.301 cas en 2012 à 14.992 en 2013. A noter que le divorce judiciaire pour raison de discorde (Tatliq Chiqaq) a constitué 56% des demandes de divorce enregistrées par les tribunaux. Ce dernier procédé se taille d’ailleurs la part du lion des jugements avec 97% au cours des trois dernières années. Pareilles demandes n’émanent pas uniquement des femmes mais aussi des hommes. En 2013, les femmes ont déposé 56 % des demandes, contre 44 % pour les hommes.
Quant au mariage des mineures, il continue d’enregistrer des hausses significatives. En 2013, 35.152 actes de mariages ont été recensés, ce qui représente 11,42%  du total des actes de mariage conclus en 2013 et  une hausse de 2,85% par rapport à 2012.  En dix ans, ce chiffre a presque doublé puisque le taux de mariages des mineures est passé de 7,75% (18.341 cas) en 2004 à 11,47% en 2013. L’année 2011 a connu la plus grande proportion de ce type de mariage avec un taux de 11,99% du total des actes de mariages conclus au cours de l’année.
En effet, si l’article 20 du Code de la famille fixe l’âge du mariage légal à 18 ans, il stipule en même temps que le juge de la famille peut à titre exceptionnel autoriser le mariage en deçà de cet âge à condition de motiver sa décision.
Autre fait marquant révélé par les statistiques du ministère de la Justice et des Libertés,  c’est la hausse des contrats de gestion des biens acquis durant le mariage. Ils ont atteint 1.521 documents en 2013, soit une hausse de 137% par rapport à 2012.  

Hassan Bentaleb
Vendredi 24 Octobre 2014

Lu 1193 fois


1.Posté par Magid le 29/10/2014 13:37
On peut aussi souligner que la baisse des mariages s'explique par l'allongement des études et l'insertion dans la vie professionnelle des femmes marocaines qui désirent avoir une sécurité matérielle avant de se marier. ceci dans le but de faire face aux aléas de la vie ,le cas échéant : Un divorce mais aussi venir en aide au conjoint.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés