Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le comité interministériel de pilotage et de suivi à Dakhla . Mise en œuvre du développement des provinces du Sud




 Une délégation ministérielle a tenu, récemment à Dakhla, en compagnie de plusieurs directeurs généraux d'établissements publics, une réunion avec les présidents des collectivités territoriales et des représentants des services extérieurs dans la région de Dakhla-Oued Eddahab. Cette réunion présidée par le ministre de l’Intérieur était consacrée à l’examen de l’état d’avancement de la mise en œuvre des engagements du gouvernement dans le cadre du nouveau modèle de développement des provinces du Sud, lancé par S.M le Roi Mohammed VI à l’occasion du 40ème anniversaire de la Marche Verte.
La rencontre a été l'occasion d'évaluer les réalisations et de promouvoir les initiatives de nature à accélérer la mise en œuvre des objectifs escomptés, conformément aux hautes orientations Royales, qui visent à consolider les fondements du développement global dans la région à travers une approche prospective prenant en considération la dimension géostratégique des provinces du Sud en l'érigeant en pont d’échange et de développement communs avec les pays du voisinage et l’espace africain et atlantique, et en havre de paix, de sécurité, de stabilité et de prospérité dans un contexte de tensions et de montée de risques qui menacent la région sahélienne et subsaharienne.
Dans son allocution d’ouverture, le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit chef de la délégation ministérielle et président de la réunion, a souligné que la région Dakhla-Oued Eddahab, eu égard à sa situation stratégique, a bénéficié de 136 projets dans le cadre du programme de développement, pour un coût global estimé à 18,1 milliards de dirhams (MMDH). Il a précisé que ces projets concernent plusieurs secteurs, dont les infrastructures routières, la mise à niveau urbaine, l’eau potable, l’assainissement liquide, l’éducation et l’enseignement, l’agriculture et la pêche maritime, le tourisme, l’emploi, les mines et les ports. 
Il a évoqué les importants projets programmés qui permettront la création d’emplois au profit des jeunes de la région, citant à cet égard le projet du port Dakhla-Atlantique (6 MMDH), le projet de développement de l'aquaculture (2,8 MMDH), le projet de raccordement de la ville de Dakhla au réseau électrique national (2,4 MMDH), et le projet de création de six unités industrielles pour la valorisation des petits pélagiques (1,4 MMDH), le projet de dessalement d’eau pour l’irrigation de 5.000 ha (1,3 MDH), le projet d’élargissement de la route nationale N.1 sur 161 km (340 MDH) dans le cadre de la voie express Tiznit-Dakhla, ainsi que les 25 projets de mise à niveau urbaine inscrits dans le cadre du contrat-programme spécifique aux provinces d’Oued-Eddahab et d’Aousserd, pour un investissement global estimé à 618,35 MDH. Le taux de lancement effectif des travaux de l'ensemble de ces projets a atteint 31%, a tenu à préciser M. Laftit, réitérant l’engagement fort du gouvernement en matière d'accompagnement et de suivi des travaux de réalisation des chantiers ouverts conformément aux fermes instructions Royales à ce sujet.
Mettant l'accent sur les atouts qui font de la région de Dakhla-Oued Eddahab un modèle de développement et qui consacrent sa position en tant que porte du Maroc sur l’Afrique, M. Laftit a souligné la nécessité de valoriser ces atouts et de fournir les efforts nécessaires afin que la région soit à la hauteur des attentes portées sur elle à la lumière de sa place unique et de ses ressources qui en font un levier des stratégies du Royaume et de sa politique africaine qui repose sur le renforcement de la coopération avec les économies africaines prometteuses et sur l’adhésion à un effort continental collectif pour relever les défis communs et réaliser le développement, la sécurité et la stabilité des peuples africains. 
Le ministre a appelé le gouvernement, la région et les institutions élues à conjuguer leurs efforts afin de donner une image honorable de la gestion participative adoptée pour la mise en œuvre du modèle de développement des provinces du Sud et pour en faire un exemple à suivre dans les autres régions du Royaume.
Il a également appelé à la mobilisation de tous les élus de la région pour jouer leur rôle d'encadrement, assumer leur devoir de promouvoir le processus de développement régional, ainsi qu'à l'engagement fort des habitants et leur adhésion totale à ces chantiers vitaux, dont le but dépasse la satisfaction des besoins croissants à la construction de modèles territoriaux qui représentent toute la Nation et constituent une preuve de son progrès et de son développement.  

A.E.K.
Lundi 25 Septembre 2017

Lu 1045 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés