Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le WAC sauvé par la VAR

Bousculé pendant plus de 90 minutes, le Wydad a décroché le point du nul dix minutes après que l’arbitrage vidéo ait privé le MCO du but du break




Décidément, le Wydad de Casablanca et la VAR forment un couple indissociable. Après le mélodrame de la finale de Radès, le WAC a cette fois vu le système de vidéo arbitrage prendre son parti et le sauver d’une inexorable défaite. Nous sommes à un quart d’heure du coup de sifflet final, lorsque Botuli Padou inscrit le 2-0 pour le MCO en reprenant d’un retourné acrobatique un ballon qui traînait dans la surface de réparation du WAC suite à un coup de pied arrêté. 
A 2-0, les Oujdis, euphoriques, auraient probablement réussi à résister aux assauts adverses, d’autant que ces derniers étaient souvent stéréotypés et manquaient clairement de créativité. Soit assez peu pour bousculer la troisième défense du championnat. Mais ça c’était avant. Avant l’intervention de la VAR pour annuler le but du break du MCO. La raison ? Une main inexistante de l’homme du match, le feu follet Saadaoui. Nous sommes catégoriques et nous ne sommes pas les seuls, il n’y a pas main de Saadaoui. Jamais de la vie. Et pourtant, l’arbitre qui a regardé les mêmes images en a tiré une toute autre conclusion. Stupéfiant. 
Ainsi, l’arbitrage vidéo a privé le MCO d’un exploit retentissant qui lui aurait permis de se retrouver premier du championnat. Cette décision injuste d’Adil Zorak a par la même occasion coupé l’herbe sous le pied des Oujdis et les a stoppés net dans leur élan. Un élan longtemps entretenu par Saadaoui. Technicien hors pair, il a été de tous les bons coups. C’est d’ailleurs lui qui a ouvert le score à deux minutes de la mi-temps, se jouant d’abord de toute la défense du WAC avant de tromper d’un tir vicieux du gauche à l’entrée de la surface de réparation, Taghnaoui, le portier du WAC. 
Le Wydad, justement, parlons-en. On veut bien concevoir qu’un match de reprise est toujours délicat, notamment en termes de justesse technique. Mais la prestation du WAC était en dessous de tout. Uniquement dangereux sur coups de pied arrêtés, Guarrido et ses protégés n’ont quasiment jamais réussi à poser le jeu et encore moins à déjouer la défense d’Oujda. Outre Aouk qui a fait des misères à la défense du MCO, le Wydad doit une fière chandelle à son défenseur central, Ibrahim Komara et son but égalisateur, d’une tête rageuse au second poteau (86’). Vingt minutes plus tôt, l’international ivoirien a eu l’occasion de remettre les pendules à l’heure mais c’était sans compter sur l’arrêt réflexe du gardien oujdi Mohamed Boujad. 
En se réveillant ce matin, le MCO peut avoir des regrets. La place grignotée au classement (2ème) équivaut à un maigre lot de consolation. De son côté, le Wydad peut remercier la VAR, car, sans elle, et à la lumière de sa prestation, il méritait amplement de perdre sa place au profit du MCO.  

Botola Pro D1 
Les matchs de jeudi 


S’il y a un point positif en cette période, ce sont les matchs qui s’enchaînent comme des perles, pour le plus grand bonheur des supporters et amoureux du ballon rond. Certes, on est loin des sommets footballistiques, mais après quatre mois d’arrêt, voir le cuir rouler sur le gazon vert, enfin presque vert, fait toujours plaisir. Et le plaisir se poursuivra la veille de l’Aid Al Adha avec deux rencontres au programme. Trois jours après son nul contre le Raja, le DHJ (8ème) recevra la RSB (4ème) pour un second match au sommet en une semaine. A plus de 100 km, le Raja de Casablanca tentera de décrocher sa première victoire après le Restart pour ne pas voir ses chances de titre s’envoler. D’autant que le leader, le WAC, a perdu des points (voir ci-contre).

Handball
Le Maroc dans le chapeau 4 


13 ans après sa dernière participation, l’équipe nationale marocaine de handball ira en Egypte pour renouer avec le championnat du monde, du 13 au 30 janvier 2021, et affronter le gratin mondial de la discipline. Pour le coup, les Marocains seront servis puisqu’ils se retrouvent dans le chapeau 4 du tirage au sort qui aura lieu au Caire le 5 septembre prochain, en compagnie de l'Angola, du Cap-Vert, de la République Démocratique du Congo, de la Pologne, de la Russie ainsi que des deux qualifiés de l'Amérique du Nord et l'Amérique du Sud. Etre dans le chapeau 4, c’est l’assurance de se coltiner au minimum deux ogres du hand mondial dans son groupe. Autrement dit, passer au second tour parait improbable mais certainement pas impossible. 

Amrabat rend 
fou l’Italie 


De tout temps, les Italiens ont eu une attention particulière pour les milieux de terrain et encore plus pour les milieux de terrain défensifs. Culturellement, on sait apprécier et valoriser ce poste. Ce n’est donc pas une surprise si les prestations de Sofyan Amrabat ont attiré l’attention des spécialistes au point d’être désigné parmi les quatre meilleurs milieux de terrain de Serie A par le journal transalpin Tutto Mercato. Pourtant, les milieux de terrain de grande classe, ce n’est clairement pas ce qui manque en Italie. Et pourtant, le Marocain a réussi à se frayer un chemin jusqu’au onze type de la saison aux côtés de Cristiano Ronaldo, Milinković-Savić, Dybala et Lukaku. Prêté par l’AC Fiorentina au Hellas Vérone, Sofyan Amrabat ne risque pas de faire long feu à la Viola. L’opération séduction des grandes écuries a d’ores et déjà commencé.  

Chady Chaabi
Jeudi 30 Juillet 2020

Lu 2264 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif