Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le Covid-19, un accélérateur de transition vers le Cashless




​Le Covid-19, un accélérateur de transition vers le Cashless
La crise sanitaire actuelle a accentué le recours à des moyens de paiement cashless (sans espèce) parmi les utilisateurs soucieux de se prémunir contre les risques de contamination par le Covid-19, ont analysé, récemment, les participants à un Webinar sur le thème "Covid-19, la nécessaire transition vers une Afrique Cashless".
Avec les restrictions sanitaires liées à la pandémie du Covid-19, le cashless s'impose comme solution idéale pour contrer la propagation du virus, ont-ils ajouté, notant que les acteurs clés et autorités compétentes doivent redoubler d’efforts pour encourager la migration vers de nouvelles technologies de paiement et accélérer la transition vers des sociétés sans cash.
S'exprimant à cette occasion, le directeur du centre monétique interbancaire (CMI), Mikael Naciri, a relevé un réel engouement pour les solutions de paiement mobile au Maroc depuis le déclenchement de la crise sanitaire, appelant à encourager ces pratiques en augmentant le taux d'acceptation de ces moyens et le maillage des commerçants acceptants, rapporte la MAP.
Il s'agit d'une dynamique de digitalisation qui s'étend jusqu'aux services publics, a fait observer M. Naciri, expliquant qu'elle implique un nombre d'acteurs, tels les injecteurs du Cash, les collecteurs du Cash, la Banque centrale et les établissements de paiement, "tout un système qui travaille de concert pour la digitalisation de toute la chaîne de valeurs".
Les établissements de paiement, à eux seuls, ne peuvent pas développer le Cashless, a-t-il expliqué, ajoutant qu'il est primordial que tout l’écosystème, acteurs publics et privés, soit impliqué dans cette démarche et que les avantages soient visibles aux commerçants. "Il faut faire en sorte que le coût des transactions Cashless soit le plus faible possible pour pousser davantage les commerçants à accepter ce genre de paiements", a-t-il plaidé, relevant la nécessité de concevoir des solutions de paiement pour adresser l'ensemble des besoins de la population.
Et d'insister "qu'il faut que l’utilisateur ait le sentiment que payer en digital lui revient moins cher que lors d'une transaction en espèce", mettant l'accent sur le rôle de la bancarisation dans l’accessibilité des services de paiement.
Le Maroc a mis en place une stratégie d'inclusion financière pilotée par les pouvoirs publics dont l'un des piliers porte sur le paiement mobile et le renforcement de son infrastructure, a-t-il rappelé.
En matière de sensibilisation, M. Naciri a souligné la création d'un GIE composé des banques, établissements de paiement et de la Banque centrale en rôle observateur pour réfléchir sur les moyens d'accompagnement des populations cible, notant que l’éducation financière est parmi les canaux qui peuvent contribuer à franchir le pas de la digitalisation. 
Pour sa part, Sami Romdhane de Visa Inernational, a indiqué que le Digtal est devenu au fil des années une priorité pour les pays africains, notant que la pandémie actuelle est venue accélérer cette tendance.
Il a témoigné, également, d'une montée en force de l'e-commerce qui tirait vers le haut les transactions du paiement mobile, ajoutant que même le paiement sans contact (Contactless) qui a connu une réticence des utilisateurs à son lancement, commence à gagner du terrain au niveau des paiements.

Brèves

L’ABTA reporte à 2021 sa convention annuelle de Marrakech

La convention annuelle de l'ABTA, la plus importante association du tourisme au Royaume-Uni, qui devait se tenir en octobre prochain à Marrakech, a été reportée à 2021, a annoncé, le directeur général de l'ABTA, Mark Tanzer.
"Je suis très heureux d'annoncer que nous organiserons cet événement l'année prochaine à Marrakech", a indiqué M.Tanzer dans un message vidéo adressé aux opérateurs touristiques marocains.
Evoquant l'impact de la crise sanitaire sur le secteur du tourisme, le DG de l'ABTA a souligné que tous les secteurs traversent une période extrêmement difficile, notant que l'industrie touristique fait partie des activités économiques qui souffrent le plus de cette pandémie.
"Je ne sais pas ce que nous réserve l'avenir, mais ce dont je suis sûr c’est qu’après une longue période de privation de déplacement, il y aura un très grand appétit pour le voyage", a affirmé M. Tanzer dans ce message, publié sur le site interactif de l'Office national marocain du tourisme (ONMT).
"Les gens vont penser le voyage différemment", a-t-il soutenu, relevant qu'à l'image de "ces œuvres picturales qui ont été nettoyées et qui font apparaître de nouvelles couleurs encore plus vives, le tourisme sera à nouveau une expérience extraordinaire".
Et de conclure "quel meilleur endroit pour en profiter que le Maroc et Marrakech où nous retournerons l'année prochaine".

Le CRT d'Agadir Souss-Massa réfute les allégations sur la fermeture d'unités touristiques et hôtels

Le Conseil régional du tourisme (CRT) d'Agadir Souss-Massa a réfuté les allégations véhiculées sur les réseaux sociaux sur une prétendue "fermeture et faillite de certaines unités touristiques et hôtels". "Ces rumeurs et ces informations erronées et non fondées visent simplement à semer la panique et le désespoir dans un secteur vital dans l’économie de la région", a indiqué le CRT dans un communiqué.
"Le tourisme traverse des moments très difficiles aussi bien sur le plan régional et national que sur le plan international en raison de la propagation du Coronavirus", a relevé le communiqué, précisant que plusieurs entreprises touristiques et hôtelières se sont retrouvées du jour au lendemain dans des situations financières exceptionnelles et très difficiles à cause de la pandémie. Certains établissements touristiques devaient changer de gestionnaires avant même le déclenchement de la pandémie, chose qui relève du circuit normal de l’économie du tourisme à l’instar des autres secteurs, a poursuivi le CRT, notant par la même occasion que plusieurs hôtels veillent à se faire peau neuve pour pouvoir accueillir à nouveau les clients, une fois l'état d'urgence sanitaire levé. Le CRT d'Agadir Souss-Massa a appelé à cesser de véhiculer une image décourageante sur la situation du secteur touristique au niveau de la région et faire preuve de solidarité et d’optimisme en ces temps difficiles.

Lundi 18 Mai 2020

Lu 1358 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.