Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le COC continue sur sa lancée

une 32ème édition du Med Avenir sur les chapeaux de roues




Quoi de mieux qu’un ciel tout bleu et un soleil éclatant pour présenter la 32ème édition d’une compétition dont l’écho rayonne dans et au-delà du continent. Antichambre du circuit professionnel et créé il y a plusieurs décennies par le Club olympique casablancais de tennis (COC), en collaboration avec la Fédération Royale marocaine de tennis, le Méditerranée Avenir, tournoi ITF (Grade 1), anciennement nommé Med 2000, est comme à l’accoutumée, fidèle au rendez-vous, pour accueillir dans des conditions optimales, du 2 au 9 mars prochain, les futures stars du tennis planétaire, comme cela a été le cas par le passé, avec les Marco Bagdatis, Bruguera, mais encore Younes El Aynaoui et Karim Alami. 
C’est donc en grande pompe que la présentation de cette 32ème édition du Med Avenir s’est tenue samedi en début d’après-midi, dans les travées du COC tennis, lors d’une conférence de presse qui a commencé par un moment chargé en émotions. Une minute de silence en l’honneur du défunt Ba-Miloud Benfaida, figure emblématique du club, ex-joueur puis façonneur de talents, sur les courts de son club de toujours, dont un porte d’ailleurs son nom. Une fidélité de tout instant qui malheureusement prit fin, le 18 janvier dernier.
A l’origine de cet hommage appuyé, le nouveau président du comité COC tennis, le Dr. El Houari Abderrahim, n’a pas caché sa satisfaction quant aux efforts fournis par l’ensemble des membres du comité, afin que le Med Avenir continue à être synonyme d’excellence. « Grâce à une implication sans faille et un travail acharné de longue haleine, nous nous estimons fin prêt, pour accueillir cette compétition majeure, qui sera soutenue par un nombre important de sponsors aussi bien commerciaux que médiatiques», s’est-il félicité. «S’agissant de l’aspect logistique, nous pouvons d’ores et déjà garantir aux 48 joueurs et joueuses, ainsi qu’à leurs délégations, des conditions d’hébergement et de transport idéales», a abondé El Louzi El Hassan, nouveau directeur du tournoi.
Ce qui n’est pas une mince affaire pour un comité qui a connu une profonde restructuration. «Outre la nomination d’un nouveau directeur du tournoi, au même titre que celle de Mohammed Ridaoui, en tant que directeur technique, nous avons le plaisir d’accueillir également trois femmes dont les compétences et les valeurs sont inestimables», révèle le Dr. El Houari Abderrahim.
En effet, dans la lignée de ses nombreuses réalisations qui en font un précurseur en puissance, le COC tennis a innové en nommant trois femmes au sein de son comex, à savoir, Bennani Maryem (Trésorière générale), Baouch Samya (Commision Animation) et surtout Ziadi Sanae (Secrétaire générale). Ancienne joueuse et sœur de Mehdi Ziadi, vainqueur de la 16ème édition du Med Avenir, Ziadi Sanae apportera certainement une immense valeur ajoutée en dehors comme sur la terre battue du COC. D’ailleurs, il n’a pas fallu longtemps pour s’en apercevoir.
Si l’on met de côté la victoire de Younes Lalami Laaroussi qui, à l’image de ses illustres prédécesseurs, El Aynaoui et Alami, a remporté en compagnie de son coéquipier bulgare, Simon Anthony Ivanov, le tableau double hommes de l’édition précédente, comment décrypter la disette marocaine en simple hommes et femmes ? En guise d’explication, la dimension psychologique s’impose d’elle-même. En réalité, techniquement, les jeunes participants marocains n’ont pas grand-chose à envier au Top 100 mondial, dont 12 seront présents lors de cette 32ème édition. En revanche, la gestion des émotions liées au fait de jouer devant sa famille et ses amis peut se révéler complexe. Car à double tranchant. D’un côté, elle est à l’origine d’un surplus de motivation, et de l’autre, elle peut être aussi créatrice de pression inhibitrice. «A chaque fois que ma fille dispute une partie de tennis sur les courts du COC devant ses amis, elle la perd», confirme le Dr. El Houari Abderrahim. Un handicap que Sanae Ziadi et le comité du COC ont tout d’abord identifié avant de s’y attaquer sans plus tarder. «Effectivement, c’est un point extrêmement important. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de tenir des séances de coaching mental avec le soutien d’une spécialiste dans le domaine», a révélé Sanae Ziadi, avant d’ambitionner de «généraliser cette pratique à l’ensemble des clubs de tennis du pays, notamment grâce aux efforts du COC. 
Des efforts qui sont à la hauteur de l’aspect capital de la dimension psychologique dans le tennis moderne», conclut-elle. 
En attendant de juger les effets de cette démarche qui fait figure d’exception dans le microcosme tennistique marocain, il va falloir que les jeunes participants locaux passent, dans un premier temps, le cut des qualifications, dont le tirage au sort sera effectué vendredi (18h00), quelques heures avant le début des compétitions.
 

Chady Chaabi
Lundi 25 Février 2019

Lu 730 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 21 Septembre 2020 - 18:20 Tadej Pogacar bouscule l'histoire du Tour de France

Lundi 21 Septembre 2020 - 18:19 Premier League: Liverpool mate Chelsea

Lundi 21 Septembre 2020 - 18:18 Jawad Yamiq proche du Getafe