Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Driss Lachguar : La patience à toute épreuve des Marocains est justifiée par l’amour qu’ils vouent à leur pays

Rencontre régionale du Grand Casablanca




​Driss Lachguar : La patience à toute épreuve des  Marocains est justifiée par l’amour qu’ils vouent à leur pays
L’USFP a exprimé son soutien total au front syndical qui observera une grève générale le 29 octobre 2014. Ainsi le Parti ne ménagera aucun effort pour que  toutes les conditions nécessaires soient réunies en vue d’assurer le succès  de cette action, a tenu à souligner jeudi le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar. 
En effet, dans le cadre des rencontres régionales, le Premier secrétaire a eu une réunion ce jour-là avec les différents responsables ittihadis du Grand Casablanca  au siège du secrétariat général du parti au Habous. 
Lors de son intervention que l’on peut qualifier de discours d’orientation, il a mis  en garde le gouvernement contre la politique de chantage déclenchée par  les déclarations  irresponsables du ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement  qui visent à menacer les centrales syndicales et donc à porter atteinte au  droit  de grève pourtant garanti par la Constitution.    
Et de poursuivre que la grève du 29 octobre qui coïncide avec la célébration par l’USFP de la Journée de fidélité aux martyrs  qui aura lieu cette année à Meknès, sera marquée par une présence massive des  militantes et militants ittihadis où qu’ils se trouvent, et ce pour être au cœur du mouvement social et de protestation et faire face à l’offensive acharnée, sans précédent dans l’histoire des gouvernements marocains,  contre les classes laborieuses, tous niveaux et catégories confondus. Ceci, pour  confirmer aux martyrs du parti  et à tous ceux qui se sont sacrifiés pour la patrie que la lutte continue.
Driss Lachguar n’a pas manqué également  de saluer  l’unité  syndicale des centrales les plus représentatives qui, à l’unanimité, ont  appelé et décidé d’observer cette grève pour protester contre la politique d’appauvrissement du gouvernement et ses décisions impopulaires qui portent un coup dur aux acquis sociaux et au pouvoir d’achat des Marocains et de la classe ouvrière.   L’unanimité autour de ce débrayage est une première et une preuve tangible de l’échec de l’Exécutif dans la gestion du dialogue social,  a-t-il tenu à préciser avant de rappeler  devant l’assistance les rencontres organisées par la direction de  l’USFP avec les différentes centrales syndicales.
Le fait que le parti d’Abdelilah Benkirane  a occupé la première place lors des élections du 25 novembre 2012 ne signifie aucunement  que les Marocains lui ont signé un chèque en blanc,  lui donnant la latitude de  prendre des décisions unilatérales aux conséquences très graves sur le quotidien des Marocains, a-t-il fait savoir, ajoutant que leur patience ne peut être assimilée à une démission mais elle est justifiée par l’amour qu’ils vouent à la Nation.   
Par ailleurs, Driss Lachguar  n’a pas laissé passer cette opportunité pour évoquer  le contexte général de  la rentrée politique,  le renforcement de l’alliance de l’USFP avec l’Istiqlal, la coordination entre les partis de l’opposition, la rencontre qui a  rassemblé les groupes parlementaires de l’opposition après  l’ouverture de la première session de la 4ème année législative de la 9ème législature, l’agenda des prochaines élections,  la création d’une instance  nationale indépendante chargée de superviser ces élections ainsi que  la rencontre nationale des cadres de l’USFP et de l’Istiqlal qui a eu lieu le 27 septembre dernier. De même qu’il a traité de la dynamique que connaît l’USFP depuis son 9ème Congrès dans les différentes provinces et régions, couronnée d’ailleurs par des rencontres régionales qui traduisent le changement rapide vers le parachèvement du chantier organisationnel dans les régions restantes.
Concernant la ville de Casablanca, tout en dénonçant les conditions de vie de sa population que ce soit sur les lieux de travail ou dans la rue où les Bidaouis ne se sentent plus en sécurité, Driss Lachguar a insisté sur la mise en œuvre des commissions techniques et thématiques  à même de se pencher sur les problèmes de la ville et de tenter de trouver les alternatives pour un meilleur cadre de vie. 

Larbi Bouhamida
Samedi 25 Octobre 2014

Lu 571 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés