Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Bémols




​Bémols
A en croire le FMI, en l’occurrence son responsable  de la division des pays francophones du Département Moyen-Orient et Asie centrale, l'économie marocaine, forte de nombreux atouts, serait sur la bonne voie et les  perspectives resteraient, à moyen terme, prometteuses.
Quoique, tempère Jean-François Dauphin, pour  ancrer le Maroc dans l'économie mondiale, créer des emplois et opportunités  économiques pour tous et améliorer durablement les conditions de vie des  Marocains et Marocaines, la poursuite des efforts entrepris est cruciale. C'est  en mettant en œuvre les réformes nécessaires et en assurant un partage  équitable des fruits de la croissance que se bâtira l'avenir du pays, a encore  noté le responsable du FMI.
Et de relever également que malgré les avancées du Royaume, les défis demeurent néanmoins importants : le  chômage reste élevé, en particulier chez les jeunes, et beaucoup reste à faire  pour réduire les inégalités de revenus et les disparités régionales et pour  accroître la contribution des femmes à l'activité économique. Le la est ainsi donné. Le tableau n’est pas que tout à fait rose au plus beau pays du monde, c’est un fait avéré. Constat corroboré récemment lors des rencontres internationales hispano-marocaines tenues au siège de la région Tanger-Tétouan et  au cours desquelles un responsable du parti de la Rose a eu le mérite de soulever des faits patents qui laissent perplexes plus d’un : «Les exportations du Maroc ont enregistré ces dernières années une baisse substantielle, ses importations en provenance de l’Europe ont connu  une nette hausse  et le déficit budgétaire qui n’a eu de cesse de s’aggraver traduit la structure de l’économie marocaine et européenne», a-t-il fait savoir. Lequel déficit, appuie-t-il, provient de l’inexistence d’une solide assise industrielle ne permettant pas d’avoir une économie développée. L’usine Renault de Tanger, qui est une opération  purement commerciale et non industrielle, témoigne fortement de cette situation. Pour le parti de la Rose, il est grand temps de repenser ce projet pour le transformer en une assise d’industrialisation. Une idée à exploiter…

Par Meyssoune Belmaza
Mardi 31 Mars 2015

Lu 847 fois

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés