Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Vital” mais controversé, le plus haut barrage du monde inauguré au Tadjikistan



“Vital” mais controversé, le plus haut barrage du monde inauguré au Tadjikistan
Projet "vital" ou folie des grandeurs ? Le Tadjikistan a inauguré vendredi le plus haut barrage du monde à Rogoun, voulu par les autorités de ce pays pauvre d'Asie centrale malgré les interrogations économiques, écologiques et géopolitiques.
Lancé en grande pompe en octobre 2016 par le président Emomali Rakhmon, très attaché au projet, le chantier du barrage de Rogoun n'est pas terminé: un seul des six générateurs devant au total être mis en service a été lancé vendredi. A terme, d'ici une dizaine d'années, il doit produire 3.600 mégawatts, soit l'équivalent de trois réacteurs nucléaires de nouvelle génération que vend le groupe russe Rosatom dans la région.
Pour le Tadjikistan, qui souffre d'un déficit chronique d'alimentation en électricité et de nombreuses coupures de courant l'hiver, le barrage de Rogoun est donc "vital", comme l'a répété à de nombreuses reprises M. Rakhmon.
Confié au groupe italien Salini Impregilo pour 3,9 milliards de dollars (3,1 milliards d'euros), il est situé à 100 kilomètres à l'est de la capitale Douchanbé et va devenir, avec ces 335 mètres de hauteur, soit trente de plus que le barrage chinois de Jinping I, la plus haute construction du genre au monde. Il est même devenu "un concept de consolidation nationale", explique à l'AFP le chercheur Abdougani Mamadazimov, rappelant que le pays peine à se relever d'une guerre civile de cinq ans qui fit 150.000 morts dans les années 1990. Pas étonnant donc que certains aient proposé de baptiser le barrage du nom d'Emomali Rakhmon, accusé dans le passé de mégalomanie par ses détracteurs. Pourtant, les doutes fusent autour des réels besoins du Tadjikistan pour ce barrage. Le pays compte déjà à Nourek (sud-ouest) un des plus importants barrages de la planète, mis en service à l'époque soviétique, et certains experts craignent que les autorités aient voulu voir trop grand.
Au pouvoir depuis 1992, le chef d'Etat de 66 ans avait déjà inauguré en 2011 le "mât de drapeau le plus haut du monde" (165 mètres). Douchanbé se targue aussi d'accueillir la plus grande bibliothèque de la région, la plus grande maison de thé au monde et va bientôt accueillir le "plus grand et beau théâtre d'Asie Centrale", selon Emomali Rakhmon.

Samedi 17 Novembre 2018

Lu 1160 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.



Flux RSS