Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un fiasco total




C’est l’histoire d’une finale sans fin.  Le 1er novembre, lorsque Boca Juniors a rejoint River Plate en finale de la Copa Libertadores, le pays s’est arrêté de respirer un laps de temps. Les Argentins ont savouré l’instant. Cette superfinale allait être plus qu’un match : cent quatre-vingts minutes de fièvre, une page d'histoire. Pour la première et la dernière fois, deux équipes argentines allaient s’affronter, sur leur sol, en finale d’une Copa promise au changement. A cet instant, personne ne pouvait imaginer l’ampleur du désastre à venir.
Les buts du match aller (2-2), un suspense intact et une ambiance de feu, tout cela avait donné une fête en bleu et or. Également un succès pour les autorités, en dépit d’un report décrété tardivement par la Conmebol pour cause de pluies diluviennes. C’était sans compter sur la puissance des barras bravas, ces ultras organisés, influents et dangereux d’Amérique latine. Le jour de la finale retour, les supporters du club millionnaire de River envahissent les rues. Alors qu’il se dirige vers le Monumental, le bus de Boca est violemment attaqué à coups de pierres. Le chauffeur s’évanouit quelques instants, relayé dans la panique par le vice-président du club. Plusieurs joueurs sont blessés. L’équipe se replie alors dans son vestiaire. Le match est repoussé à 19 h 15. Puis, la nouvelle tombe : report au lendemain. Et enfin au 9 décembre à Madrid, au Santiago Bernabeu. River l’emportera après avoir été mené au score (3-1).

Mardi 1 Janvier 2019

Lu 660 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 29 Septembre 2020 - 20:32 Nayef Aguerd, adaptation express

Lundi 28 Septembre 2020 - 20:38 Jaime Pacheco nouvel entraîneur du Zamalek