Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un bol de myrtilles par jour pour diminuer le risque cardiovasculaire




Manger chaque jour un bol de myrtilles permettrait d'améliorer de manière significative la fonction cardiovasculaire, selon une nouvelle étude britannique.
On le sait : les myrtilles sont excellentes pour la santé. Elles nous protègent contre le déclin cognitif, elles aident au développement du cerveau des enfants, elles facilitent la perte de poids, elles aident la mémoire, elles contribuent à booster la libido... Les myrtilles pourraient même permettre de prévenir la maladie d'Alzheimer !
Et ce n'est pas fini : selon une nouvelle étude menée par la University of East Anglia (en Angleterre), consommer quotidiennement 150 g de myrtilles permettrait de réduire le risque cardiovasculaire de 15% en moyenne chez les personnes qui souffrent d'obésité.
Les chercheurs (qui ont publié leurs travaux dans le American Journal of Clinical Nutrition) ont travaillé avec un groupe de 138 volontaires atteints d'obésité et âgés de 50 à 75 ans. Tous souffraient d'un syndrome métabolique, qui se définit par la présence d'un taux élevé de triglycérides, d'un faible taux de cholestérol HDL, d'une hypertension artérielle et/ou d'un taux de glycémie élevé chez une personne obèse.
Durant 6 mois, les volontaires ont été séparés en 3 groupes : le groupe 1 consommait quotidiennement 150 grammes de myrtilles (décongelées), le groupe 2 en consommait chaque jour 75 grammes (idem : des myrtilles surgelées) tandis que le groupe 3 n'avait droit qu'à un placebo ayant la couleur et le goût de la myrtille.
Verdict ? Au terme de l'expérience, les chercheurs britanniques ont constaté que, chez les participants ayant consommé 150 g de myrtilles par jour, le risque cardiovasculaire était plus faible de 12% et 15%.
"Nous avons constaté que la consommation d'une portion de myrtilles par jour améliorait significativement la fonction cardiovasculaire et la souplesse des artères", explique le Dr. Peter Curtis, co-auteur de ces travaux. On passe au supermarché?

 

Mardi 4 Juin 2019

Lu 1306 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.