Libération

Facebook
Rss
Twitter





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Trois semaines de plus : Confinement pour tous !




Trois semaines de plus : Confinement pour tous !
Pas de surprise, le dispositif de confinement et l’état d’urgence sanitaire seront prolongés de trois semaines au-delà du 20 mai. En effet, si la situation pandémique dans le pays est stable et contrôlée, elle demeure néanmoins inquiétante au niveau de la propagation du Covid-19 et de l’apparition de nouveaux foyers de contamination, a indiqué hier Saad Dine El Otmani, chef du gouvernement, lors d’une séance parlementaire commune consacrée au «développement de la gestion du confinement pour l'après 20 mai».
Selon le chef du gouvernement, le Maroc compte aujourd’hui 467 foyers de contamination situés dans 10 régions et ayant entraîné l’infection de 3.800 personnes, soit 56% de la totalité des contaminations recensées. Il a précisé que 50% de ces foyers sont familiaux et 20% industriels. « Pas plus tard qu’hier, nous avons enregistré au niveau de la ville de Casablanca 99 contaminations dans trois foyers », a-t-il indiqué. Et de de poursuivre : « C’est dans ce contexte que nous avons choisi de prolonger le confinement afin de ne pas anéantir les efforts entrepris par notre pays depuis l’apparition du Covid-19 au Maroc ».
Il a également révélé que les mesures et actions initiées par le Royaume ont permis de ralentir la vitesse de propagation de la maladie de 80% et d’éviter au pays la contamination de 3.000 à 9.000 personnes par jour, d’éviter 6.000 cas qui auraient nécessité de la réanimation et le décès de 9.000 à 15.000 individus, soit 200 décès par jour. « Le confinement est dur à supporter et présente beaucoup de difficultés, mais il nous a permis de réaliser plusieurs acquis de grande importance. En effet, il nous a permis de contrôler le rythme de propagation de la pandémie, d’éviter l’épuisement de notre système de santé, de renforcer nos structures sanitaires, de consolider notre système de contrôle épidémiologique, de réaliser l’autosuffisance au niveau des produits de stérilisation et enfin de produire localement plusieurs matériels et équipements médicaux », a-t-il noté.   
Cherchant à conforter une opinion publique en attente, depuis des semaines, d’une levée complète ou partielle du confinement, le chef du gouvernement a déclaré que cette décision a été le résultat de longs et intenses débats et que la solution idéale n’existait pas. L’Etat a fini donc par pencher du côté de la position des ministères de l’Intérieur et de la Santé en charge de la gestion de l’état d’urgence sanitaire et qui ont recommandé de le prolonger. Mais cette décision ne semble pas prendre en compte les régions considérées comme « bons élèves », où le Covid-19 n’existe pas ou que sa progression est fort lente. Selon Médias24, 30 provinces des 75 que compte le Maroc sont complètement en zone verte. Et au moins 10 autres ont 3 cas résiduels ou moins. Le taux de reproduction du virus, dans 7 régions, se situe entre 0 et 0,6. La ville de Chefchaouen a même enregistré zéro cas. Prolonger le confinement pour ces régions est-il la meilleure manière de compenser les efforts de leur population ? 
L’autre question et non des moindres a trait au sort des milliers de Marocains bloqués à l’étranger. Seront-ils prochainement rapatriés comme l’ont été les citoyens européens ? Saad Dine El Otmani  n’a pas pipé mot. Peut-être que ces Marocains seront appelés de nouveau à s’armer de beaucoup de patience et de courage comme l’a laissé entendre l’entretien téléphonique entre le député M’jid El Guerrab et Nezha El Ouafi, ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger. Sur son compte Instagram, le député français a indiqué que la ministre lui a expliqué que l’Etat marocain est en train de mettre en œuvre les conditions optimales pour le retour et l’accueil de tous ses citoyens. Et que ce retard est dû à la situation mondiale actuelle qui demande du temps et des infrastructures très lourdes.
La même source a révélé que le nombre de ressortissants marocains et étrangers vivant au Maroc bloqués à l’étranger s’élève à 22.000 personnes.
Ce retard demeure, néanmoins, incompréhensible pour beaucoup de nos ressortissants bloqués vu que nos voisins tunisiens et algériens ont déjà procédé au rapatriement de leurs concitoyens et qu’ils poursuivent leurs efforts en vue de satisfaire toutes les demandes. Selon les médias, un nouveau programme de vols pour le rapatriement des Tunisiens bloqués dans certains pays européens et arabes vient d’être annoncé par le ministère du Transport et de la Logistique. 
De son côté, l’Algérie est en phase de préparation d’une deuxième opération de rapatriement. En effet, depuis le début du confinement, près de 10.000 Algériens ont été ramenés vers le pays et les derniers vols en date ont concerné 295 personnes bloquées aux Emirats arabes unis (EAU). Même des pays africains qui n’ont ni les ressources économiques, humaines, logistiques ou diplomatiques du Maroc ont d’ailleurs rapatrié ou entamé le rapatriement de leurs citoyens bloqués sous d’autres cieux !
Certaines catégories de population vulnérables comme les migrants pauvres ou ceux en séjour irrégulier n’ont pas non plus été évoqués par le chef du gouvernement.  En effet, sur les 1,3 million de personnes qui ont bénéficié de la subvention directe versée par le Fonds spécial dédié à la gestion de la pandémie du coronavirus, il n’y a eu aucun migrant. Idem pour les mesures d’accompagnement gouvernementales destinées à préserver le pouvoir d’achat des salariés des entreprises en difficulté face à l’état d’urgence sanitaire lié à la pandémie du Covid-19. Les migrants se retrouvent donc aujourd’hui sans ressources et livrés à eux-mêmes. 

Mardi 19 Mai 2020

Lu 701 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.