Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sommet historique entre les deux Corées

Kim Jong Un promet de ne pas répéter un "passé malheureux"




Le président sud-coréen Moon Jae-in et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un se sont engagés sur la voie de la réconciliation vendredi, promettant la "dénucléarisation complète" de la péninsule coréenne et l'établissement d'une paix "permanente" et "solide" entre leurs pays toujours techniquement en guerre.
A l'issue d'une rencontre exceptionnelle dans le village de Panmunjom où fut paraphé l'arrêt des hostilités en 1953, Moon et Kim ont signé un communiqué commun scellant une nouvelle concorde et annonçant une série de mesures en vue d'une entente pacifique.
"Les deux dirigeants déclarent devant nos 80 millions d'habitants et devant le monde entier qu'il n'y aura plus de guerre dans la péninsule coréenne et qu'une nouvelle ère de paix a débuté", annonce le texte.
Dans ce communiqué, la Corée du Sud et la Corée du Nord affirment que leur objectif commun est de parvenir à une "dénucléarisation complète" de la péninsule après des années de tensions liées aux essais nucléaire et balistique menés par Pyongyang au nom de sa sécurité nationale.
Les deux dirigeants, qui se sont embrassés après l'annonce du communiqué, ont également pris l'engagement de transformer cette année l'armistice de 1953 en un accord de paix, mettant un point final à ce conflit.
Les deux pays déclarent que des discussions auront lieu dès que possible pour mettre en oeuvre ces engagements.
Un bureau de contact inter-coréen va être rétabli à Kaesong tandis que des réunions de familles séparées par la division du pays auront lieu le 15 août.
Séoul et Pyongyang se sont mis d'accord pour "cesser complètement" les activités militaires hostiles sur terre, mer et air. Le gouvernement nord-coréen dénonçait régulièrement les manœuvres conjointes des armées sud-coréenne et américaine comme une menace pour la sécurité du pays.
Les deux pays ont promis de cesser toutes les activités de propagande par voie de diffusion audiovisuelle ou par largage de tracts. La zone démilitarisée (DMZ) séparant les deux pays va être transformée en "zone de paix" tandis qu'une zone maritime pacifiée sera créée près de la frontière occidentale de la frontière maritime du Nord pour éviter tout accident intempestif.
Des discussions militaires à haut niveau seront engagées au mois de mai et le président sud-coréen se rendra cet automne à Pyongyang.
Cette rencontre au sommet entre les dirigeants sud et nord-coréens était la troisième après celles de 2000 et de 2007 qui n'avaient pas permis de rapprochement significatif entre les deux pays.
"Nous allons nous efforcer d'obtenir de bons résultats en communiquant plus étroitement afin de nous assurer que l'accord signé aujourd'hui devant le monde entier ne se résume pas à un simple commencement comme les précédents", a déclaré Kim Jong-un.
La rencontre entre Kim et Moon, souriants et détendus, contrastait fortement dans son style avec les positions intransigeantes exprimées il y a encore quelques mois lorsque le dirigeant nord-coréen et Donald Trump se livraient à une surenchère verbale.
Confirmant cette détente dans la péninsule coréenne, Kim devrait rencontrer le président américain dans les prochaines semaines.
La Russie a salué ce sommet historique comme une très bonne nouvelle et le Kremlin a rappelé que Vladimir Poutine était partisan depuis de nombreuses années d'un dialogue entre Séoul et Pyongyang.
Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a dit attendre de la Corée du Nord des mesures concrètes et a précisé qu'il restait en contact avec les dirigeants des deux Corées et avec les Etats-Unis.
Depuis son arrivée au pouvoir fin 2011 au décès de son père, M. Kim a présidé à une accélération fulgurante des programmes nucléaire et balistique nord-coréens.
En 2017, Pyongyang a mené son essai nucléaire le plus puissant à ce jour et testé des missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) mettant à sa portée le territoire continental des Etats-Unis.
Les tensions avaient grimpé à des sommets tandis que MM. Kim et Trump échangeaient menaces apocalyptiques et insultes personnelles.

Samedi 28 Avril 2018

Lu 897 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com