Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sans convaincre, le Onze national force un précieux nul à Kinshasa

L’EN bien placée pour décrocher le billet du Mondial 2022


Mohamed Bouarab
Dimanche 27 Mars 2022

Sans convaincre, le Onze national force un précieux nul à Kinshasa
Le Onze national est parvenu à s’en tirer à bon compte au terme de la première manche de la double confrontation contre la sélection de la RD.Congo, comptant pour les barrages du Mondial FIFA-Qatar 2022.

Vendredi au stade des Martyrs à Kinshasa, l’EN a forcé le nul, un partout, résultat qui lui permettra d’envisager le second acte ce mardi à partir de 19h30 au complexe sportif Mohammed V à Casablanca dans de bonnes dispositions.

Il est vrai que le résultat espéré y est mais la manière a fait encore terriblement défaut. L’équipe n’a rien proposé en matière de jeu et doit s’estimer chanceuse d’avoir forcé cette précieuse issue de parité face à un adversaire, faut-il le reconnaître, le moins redoutable des équipes barragistes.

Devant quelque 25.000 supporteurs dont un peu plus de 2000 fans du Onze national, les deux protagonistes ont sorti un tout petit match qui a agacé bon nombre de téléspectateurs. Les locaux ont été les premiers à trouver le chemin des filets par l’entremise de Yoane Bissa à la 12ème minute, avance qu’ils n’ont eu aucun mal à préserver au moment où les 11 alignés par Vahid Halilhodzic n’arrivaient pas à mener des séquences de jeu susceptibles de porter le danger dans le camp adverse.

Des Lions de l’Atlas qui éprouvaient toutes les peines du monde à construire des actions, espérant tout de même un coup de chance qui les remettra dans la partie. Ils auraient pu recoller au score à la 54ème mn, mais Rayane Mmae en a décidé autrement après avoir raté un penalty. Et il a fallu donc attendre l’entrée en jeu des deux réservistes, Ayoub El Kaabi et Tarik Tissoudali pour que le premier serve le second qui égalise à la 76è mn pour l’équipe du Maroc qui a pu tirer son épingle du jeu, tout en étant coaché par un Halilhodzic qui n’a pas manqué de surprendre plus d’un par un changement des plus incompréhensibles : A un partout , alors qu’il devait maintenir l’issue de parité en renforçant les lignes arrières, il intègre Soufiane Boufal à la place de Sélim Amallah.

Fort heureusement que l’arbitre sud-africain Victor Gomez n’a pas laisser trainer l’opposition sifflant la fin des débats pour que les deux sélections se donnent rendez-vous ce mardi à Casablanca dans un Complexe Mohammed V qui sera plein à craquer. Une présence massive du public est attendue et ce dernier n’appréciera pas du tout une prestation similaire à celle produite à Kinshasa et Halilhodzic, vivement critiqué, a raison de dire que «nous sommes appelés à sortir le grand jeu pour nous qualifier ».

Il y a lieu de signaler qu’une fois de retour à la maison samedi matin, la sélection marocaine a effectué en soirée de la même journée une séance de décrassage au stade, devant être suivie par deux autres dimanche et lundi. Et ce en vue de peaufiner les ultimes réglages et être fin prêt le jour J face à un adversaire congolais qui a débarqué dimanche à la Métropole et qui ne manquera surtout pas de jouer son va tout même s’il aura à faire sans l’un de ses cadres, le latéral gauche Muzinga Ngonda, expulsé au match aller. 

Mohamed Bouarab

Vahid Halilhodzic : Il faut sortir le grand jeu à Casablanca

 Après le nul précieux obtenu à Kinshasa, vendredi en barrage aller du Mondial-2022 de football, les Lions de l'Atlas sont appelés à sortir le grand jeu en match retour à Casablanca, pour pouvoir poinçonner leur ticket, a indiqué le sélectionneur national Vahid Halilhodzic.

"Nous ne sommes pas encore qualifiés (...) un match difficile nous attend à Casablanca contre une équipe coriace (...) nous sommes appelés à sortir le grand jeu pour nous qualifier", a affirmé Halilhodzic dans une déclaration à la presse, après le match contre la RD Congo.

Saluant le rendement des joueurs, il a estimé que l’équipe nationale a réalisé un résultat positif, mais que le match retour ne sera pas aisé.

Concernant le match de vendredi, il a relevé que le onze national a bien débuté la partie, mais le but congolais a affecté le moral des joueurs, qui ont ensuite perdu la maîtrise de la balle.

Le coach national a expliqué qu’il a essayé de calmer les joueurs entre les deux mi-temps et leur a demandé de rester concentrés et disciplinés sur la pelouse pour pouvoir atteindre les cages adverses.

Les matches de barrage sont habituellement tactiques et connaissent un engagement physique des joueurs, a-t-il fait remarquer, préconisant un jeu rapide en match retour.



Lu 1776 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS