Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Rabat se tient à une attitude de non-ingérence par rapport aux récents développements en Algérie

La main tendue du Maroc l’est en permanence




 Rabat se tient à une attitude de non-ingérence par rapport aux récents développements en Algérie
Il fallait que ce soit dit et ça l’a été. «Le Maroc n'a ni à se mêler des développements internes que connaît l'Algérie, ni à les commenter» et il «a décidé de se tenir à une attitude de non-ingérence par rapport aux récents développements en Algérie». Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a été, en effet, on ne peut plus clair malgré la concision de la déclaration qu’il a faite à l’agence France Presse. Une déclaration qui est venue mettre fin à la multitude de fake news qui ont circulé dernièrement à travers les réseaux sociaux. Alimentées notamment par un article paru le 13 courant sur le site internet «algeriepatriotique» sous le titre «Un plan de destruction de l’Algérie est entré en action à partir du Maroc». Citant un soi-disant analyste iranien (comme par hasard !) dénommé  Mohammed Sadeg Al-Hosseini, il a tiré nombre de plans sur la comète, affirmant la création d’un centre des opérations à Rabat pour gérer la «révolution» en Algérie avec la participation de quatre agents de renseignement américains et six agents de renseignement marocains, ainsi que douze «experts en subversion» de nationalité serbe, de huit Algériens et de membres de l’organisation Otpor dont l’objectif premier fut  de renverser le régime du président Slobodan Milosevic.
Deux salles d’opérations avancées auraient été mises, selon les mêmes fallacieuses allégations, en place à Oujda et Errachidia et des camps d’entraînement auraient été mis en place près de Laâyoune  et Smara.
Bref, un scénario digne des meilleurs polars a ainsi été mis en branle dans le seul objectif de porter atteinte à une Algérie dont le peuple s’est soulevé contre ses dirigeants sans avoir besoin de qui que ce soit pour l’aider à prendre conscience de ses souffrances ou lui apprendre à dire tout haut ce qu’il n’a cessé de penser tout bas.
La ficelle est donc d’autant plus grosse et visible que les officines de propagande algériennes en ont tellement usé et abusé en tant que soupape de sécurité qu’elles en ont maîtrisé à la perfection les mécanismes et le fonctionnement à telle enseigne que le «complotisme» qu’elles ont alimenté  a fini par correspondre à un besoin profond, propre à l’univers désenchanté dont le peuple algérien n’a cessé de faire les frais.
A défaut de politique aux repères clairs, de discours fondateurs et éclairants sur le sens d’une action publique dont la complexification participe d’une opacité ou l’omerta tient de règle absolue, ces officines distillent au sein de l’opinion publique l’image fantasmée d’un ennemi, en l’occurrence le Maroc, qui, tapi dans l’ombre, n’aurait d’objectif que de déstabiliser l’Algérie et d’en découdre avec son régime.
Mais de fait, il n’en est rien. Ni dans le passé, ni dans le présent, ni dans un avenir prévisible.  Ce que notre pays a toujours voulu par-dessus tout, c’est édifier un avenir commun où l’ensemble des peuples de la région puissent se reconnaître, s’entraider et coopérer pour le bien commun.
La politique de la main tendue a toujours été la sienne comme en atteste l’un des derniers discours Royaux consacrés à cette question.
Le 6 novembre dernier, S.M le Roi s’était adressé à notre voisin de l’Est en ces termes : «C’est, donc, en toute clarté et en toute responsabilité que je déclare aujourd’hui la disposition du Maroc au dialogue direct et franc avec l’Algérie sœur, afin que soient dépassés les différends conjoncturels et objectifs qui entravent le développement de nos relations. A cet effet, je propose à nos frères en Algérie la création d’un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation. Le niveau de représentation au sein de cette structure, son format, sa nature sont à convenir d’un commun accord».
Après avoir rappelé l’état «de division et de discorde» actuel, le Souverain avait insisté sur les liens historiques et de sang qui unissent nos deux pays et nos deux peuples, leur combat commun contre la colonisation et l’ambition de concrétiser l’idéal unitaire maghrébin qui animait la génération de l’indépendance, ambition qui s’est incarnée en 1958 à travers la Conférence de Tanger mais qui s’est, malheureusement, heurtée à la politique de la sourde oreille d’Alger qui a fait des mains et des pieds pour empêcher que ce rêve devienne réalité.
Il n’en demeure pas moins qu’il continue à traverser nos sociétés. Il n’en demeure pas moins aussi que le Maroc ne peut en aucun cas se permettre de porter atteinte à la stabilité de l’Algérie et, partant, mettre en danger une Afrique du Nord déjà mise à mal par ce qui se passe en Libye et près des frontières Est et Sud de la Mauritanie.
Aussi, le Maroc qui suit avec attention, sinon inquiétude, ce qui se passe en Algérie, ne peut-il qu’espérer voir ce problème prendre fin dans le calme et sans effusion de sang. Une attitude on peut plus sage au regard d’une situation dont personne ne peut augurer de l’issue et au regard de notre histoire commune.
Faut-il rappeler à ce propos qu’au cours d’une conférence de presse donnée à Paris le 14 septembre 1956, Abderrahim Bouabid, qui fut ambassadeur du Maroc chargé de continuer les négociations pour l’indépendance, avait souligné «l’interdépendance des trois territoires nord-africains», à savoir le Maroc, l’Algérie et la Tunisie,  interdépendance où, disait-il, «tout joue : l’histoire, la géographie et l’économie».
C’est encore le cas et ce le sera pour toujours.

Déclaration du ministre
des Affaires étrangères et de la
Coopération internationale


1.    Le Royaume du Maroc a décidé de se tenir à une attitude de non-ingérence par rapport aux récents développements en Algérie, et s’est abstenu de tout commentaire à ce sujet.
2.    Malgré cette posture claire et constante, certains médias publiés en France et en Algérie cherchent obstinément à impliquer le Maroc, en lui prêtant des propos fallacieux et des positions dénuées de tout fondement.
3.    Pour cela, ils ne lésinent sur aucun subterfuge, citant tantôt de prétendues "sources anonymes au Ministère", tantôt des "sources proches de la diplomatie" ou encore de soi-disant "experts". Certains ont même poussé le fantasme jusqu’à alléguer l’existence d’officines obscures agissant sur ces évènements.
4.    Le Maroc ne peut donc qu’exprimer son grand étonnement à la publication de ces articles attribuant à la diplomatie marocaine des propos mensongers et éloignés de toute véracité.
5.    Le Maroc n’a ni à se mêler des développements internes que connaît l’Algérie, ni à les commenter de quelle que manière que ce soit. Aucune déclaration n’a été faite à aucun média, de manière formelle ou officieuse.
6.    Le Maroc rejette, également, avec force, l’allégation mensongère de coordination avec d’autres pays, notamment la France, sur les évènements en Algérie. Aucun contact n’a été établi avec Paris, ni avec aucun autre pays d’Europe ou d’ailleurs, à ce sujet.
7.    Tout en appelant les médias concernés à respecter les exigences éthiques et professionnelles, la diplomatie marocaine rappelle qu’elle dispose de canaux appropriés pour faire connaître ses postions qu’elle a toujours eu le courage d’assumer.

 

J.R
Lundi 18 Mars 2019

Lu 1483 fois


1.Posté par Amin le 17/03/2019 19:39 (depuis mobile)
Si ça était le contraire ils seraient les premiers a vomir leurs haines sur le Maroc c''est pour ça il faut la fermeté avec les champions de la trahison méme leurs propre peuple ne leurs fait plus confiance et il leurs demande de dégagé

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com