Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pourquoi a-t-on toujours de la place pour le dessert ?




Pourquoi a-t-on toujours de la place pour le dessert ?
Vous avez probablement déjà connu un scénario similaire. Votre oncle vous propose encore un peu de couscous aux boulettes de kefta. Vous refusez, une main sur le ventre : vous ne pouvez plus rien avaler. Mais deux minutes plus tard, les pâtisseries arrivent sur la table. Et là, votre appétit semble brusquement s’être rouvert. Par quel phénomène mystérieux notre estomac arrive-t-il toujours à trouver un peu de place ?
En temps normal, le cerveau et l'estomac travaillent en harmonie pour réguler la sensation de satiété. Cela passe tout d'abord par le rassasiement, c'est-à-dire le moment où vous n'avez plus de désir à manger un aliment. En fait, au bout d’un certain temps (et d’un certain nombre de boulettes), le cerveau est "saoulé" par les stimuli sensoriels envoyés par le ventre. Il nous invite donc à passer à autre chose.
Mais même rassasié… vous pouvez encore avoir faim pour autre chose ! C’est ainsi que dans un repas, on passe d’aliment en aliment. Et qu’il est plus facile d’enchaîner des dizaines de sushis, de gyozas, une salade ou une portion de riz qu’un immense ramen...
Ce rassasiement, combiné à divers signaux chimiques et à la tension de l'estomac, amène finalement à la sensation de satiété. La faim est coupée.
Le cerveau est néanmoins un petit malin. Il arrive parfois à reprendre le dessus sur l'estomac. Et ce, alors même que le ventre est tendu comme une peau de tambour. L'arrivée de nouveaux mets plus appétissants les uns que les autres peut en effet "réanimer" nos neurones. Encore plus si les déserts rassemblent les deux composantes préférées de notre organisme : le gras et le sucre.
Pour cause, ces deux éléments sont particulièrement importants pour mettre en route l’incroyable machine qu’est le corps. Depuis la nuit des temps, gras et sucre sont par conséquent fortement associés à la sensation de plaisir dans notre esprit. De quoi rouvrir sans souci des portes déjà fermées par la satiété.
Pas étonnant qu'un dessert vous fasse donc toujours autant d'effet. Mais à une époque où nous passons moins de temps à chasser le mammouth, peut-être vaudrait-il mieux lever le pied de temps à autre.

Jeudi 5 Mars 2020

Lu 962 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.