Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Positivons mais sans se cacher la face

Tout en gardant cependant nos bavettes




Positivons mais sans se cacher la face
Pas loin du tout d’une autre  barre symbolique, celle de 2000 cas confirmés, avec à la clé 127 décès à déplorer, si l’on doit s’en tenir aux chiffres annoncés ce 15 avril à 10 heures. Côté satisfaction, et ce n’est pas rien, il y aurait lieu de relever quelque 218 cas de guérison.
Et s’il s’agit de faire parler les chiffres tout en procédant par comparaison, il y a lieu de constater que l’on est fort heureusement, à ce niveau-ci, bien évidemment, loin d’être l’Italie, l’Espagne ou la France pour ne citer que ces trois pays.
Oui, mais cela ne doit pas nous faire oublier par contre que l’on a l’un des taux de décès les plus inquiétants. Il a  longtemps été situé à +7%, avant de descendre, tout récemment, à 6,8%. Ce qui n’est pas pour autant sans nous alarmer, sachant qu’il est légitime de regarder vers les pays où ce taux varie entre 0,2 et 1%. Il ne faut cependant pas sous-estimer les incommensurables efforts consentis par le personnel de santé, sachant que le plus beau toubib ne peut donner que ce qu’il a.
Il faut également donner toute l’importance à l’action des différentes autorités qui veillent au grain pour mettre en application toutes ces mesures prises à juste titre, et à temps surtout, par l’appareil étatique et évaluer comme il se doit les initiatives citoyennes qui ont suivi et qui se poursuivent.
Au fait, où en serait-on aujourd’hui, sans la fermeture des écoles et universités ? Ou sans ce confinement qui aurait été assurément  plus salvateur sans des dépassements inconscients et autres agissements irresponsables?
Au point où nous en sommes, il serait prématuré de parler de déconfinement. Surtout que ça a l’air de repartir en Chine. Le risque est là. Le danger est omniprésent.
Et même un tour de vis supplémentaire ne serait pas de trop : le salut est au bout du chemin.
Tout le monde s’accorde à dire aujourd’hui que l’après Covid-19 ne ressemblera sûrement pas à l’avant Covid-19.
L’après, c’est pour bientôt. L’Etat aura retenu la leçon après ce test grandeur nature aux conséquences marquantes.
Plus question de se laisser prendre au dépourvu. Un vif souhait du moins qui se rapporte au citoyen aussi.  Que cet élan de solidarité qui s’est fait jour en pleine crise se poursuive encore et encore.

M.A
Jeudi 16 Avril 2020

Lu 724 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif