Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Neymar forfait pour Barcelone

Le PSG ressasse sa malédiction


Neymar forfait pour Barcelone
I l trépignait de retrouver son ancien jardin: blessé à un adducteur, Neymar a dû faire une croix sur ses retrouvailles avec le FC Barcelone, mardi en Ligue des champions, laissant le Paris SG en proie à ses vieux démons. Les examens médicaux pratiqués jeudi ont confirmé la crainte que l'entraîneur Mauricio Pochettino, la veille, refusait d'évoquer. Le N.10 brésilien souffre d'une "lésion du long adducteur gauche" qui le rend indisponible "environ quatre semaines", a indiqué son club. Adieu le 8e de finale aller de C1. Il lui reste le mince espoir de disputer la manche retour au Parc des princes, en cas de guérison rapide, le 10 mars. "La tristesse est grande, la douleur immense et les pleurs constants. Encore une fois, je m'arrête de faire ce que j'aime le plus dans la vie, jouer au football", a réagi le Brésilien sur Instagram. Son ambition de briller au Camp Nou, où il a joué quatre saisons (2013-2017), face à son ami Lionel Messi, qu'il rêve d'attirer dans la capitale l'été prochain, a donc pris fin dans le froid glacial de Caen (L2), lors d'un 32e de finale de Coupe de France (1-0).

A la suite d'un contact avec le défenseur Steeve Yago, "Ney" a quitté le terrain, grimaçant, à la 57e minute. Après quelques mots avec Pochettino et Kylian Mbappé, qui allait le remplacer, il a disparu en direction des vestiaires, en boitant. Après le match, Pochettino a balayé l'éventuelle critique sur la nécessité de le faire jouer face au 11e de Ligue 2. "Je n'ai pas de regrets. Il était en condition parfaite", a-t-il assuré. Mais jeudi matin, la presse des deux côtés des Pyrénées s'inquiétait pour son état de santé. "Alarme Neymar", a écrit As en Espagne, alors que Le Parisien évoquait "l'ombre de la malédiction". Tous ont en tête le long historique d'absences de Neymar, souvent touché à cette période de l'année. Il a raté trois des six huitièmes de C1 que le PSG a joués depuis son recrutement à prix d'or (222 millions d'euros) en 2017, en raison de blessures à une cheville ou à un pied. Ses indisponibilités en 2018 (Real Madrid) et 2019 (Manchester United) ont nourri auprès des supporters l'idée qu'une malédiction poursuivait le PSG, à chaque fois éliminé. Mais l'épopée qui a suivi la saison suivante, conclue par la finale perdue face au Bayern Munich (1- 0) en août dernier, devait avoir chassé ces démons, d'autant que "Ney" brillait dans son rôle de meneur de jeu.

Le Brésilien n'a joué que 103 des 191 rencontres disputées par son équipe depuis son arrivée, a relevé le statisticien Opta. Il compte ainsi plus d'absences que de buts (83). C'est tout le paradoxe d'une star indispensable sur le terrain, mais qui trop souvent reste sur la touche. Le PSG continue de compter sur lui. A 29 ans, l'ancien de Santos répète à l'envi son bonheur d'être à Paris. Les négociations pour la prolongation de son contrat expirant en 2022 vont bientôt aboutir, selon plusieurs médias. Mais aujourd'hui, Pochettino va devoir faire sans. Après Angel Di Maria, touché à une cuisse dimanche à Marseille, le technicien argentin voit un deuxième de ses "Quatre fantastiques" fauché en plein élan. Neymar était sûrement son joueur le plus en forme. Nommé parmi les trois candidats au trophée de joueur du mois de janvier en Ligue 1, "Ney" a été décisif lorsqu'il a fallu sortir les Parisiens d'une situation compliquée dans leur groupe de C1. Son doublé sur le terrain de Manchester United (3-1), suivi par un triplé contre Basaksehir (5-1), ont propulsé le PSG vers une première place presque inespérée, en décembre. En son absence, "Poche" laissera les clés de l'attaque à Kylian Mbappé ou Mauro Icardi. Mais avant de penser à Barcelone, il y a un match de championnat contre Nice samedi, où l'Argentin espère ne pas recroiser le chat noir qui semble avoir repris ses quartiers au Parc des princes cette saison.

Libé
Vendredi 12 Février 2021

Lu 289 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 22 Octobre 2021 - 18:00 Tour d'Europe des stades Place au show

Vendredi 22 Octobre 2021 - 18:00 Ligue Europa: Les favoris assurent

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS