Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

News



Libye

Une force libyenne a affirmé lundi avoir mené une frappe aérienne la veille contre l'opposition tchadienne dans le sud de la Libye dans le cadre d'une opération lancée mi-janvier pour lutter contre les groupes "terroristes et criminels".
L'Armée nationale libyenne (ANL), autoproclamée par le puissant maréchal Khalifa Haftar, a frappé dimanche un "rassemblement de l'opposition tchadienne et de ses alliés" dans le sud de la Libye, voisin du Tchad, a indiqué lundi un de ses porte-parole.
Les "mercenaires tchadiens ont essuyé de lourdes pertes en hommes et en matériel" dans la région de Murzouk" (sud), a-t-il ajouté sous couvert de l'anonymat sans qu'il soit possible de confirmer ce raid aérien de source indépendante.
Il était impossible de déterminer si les opposants tchadiens que l'ANL affirme avoir frappés dimanche ont un quelconque lien avec un groupe de rebelles tchadiens que la France dit avoir bombardés dans le nord du Tchad dimanche.

Guinée-Conakry

Au moins 17 personnes ont été tuées dimanche soir dans le nord-est de la Guinée dans un éboulement sur un site aurifère, a-t-on appris lundi auprès de la gendarmerie et d'un élu local.
"Au moins 17 personnes ont péri dans un éboulement de terrain sur une mine d'or dans la région de Siguiri dimanche soir", a déclaré lundi à l'AFP le lieutenant de gendarmerie Marcus Bangoura.
Un élu local, Alpha Kabinet Doumbouya, a affirmé avoir "vu au total 17 morts" à la suite de l'accident survenu dans le village de Norassoba, à 35 km de la ville de Siguiri.
"On a appris dans un premier temps que trois personnes avaient été ensevelies dans une profonde galerie des mines de Norassoba et c'est en cherchant à les sauver que les secouristes se sont rendu compte qu'il y avait d'autres personnes prisonnières de l'éboulement", a dit à l'AFP un officier de gendarmerie en poste à la brigade de Siguiri.
"Ce bilan (de 17 morts) est nettement provisoire puisque les villageois ont indiqué que beaucoup d'autres manquent à l'appel", a indiqué le lieutenant Bangoura.
"D'autres orpailleurs sont encore coincés dans les profondeurs des trous" du site aurifère et "quelque blessés ont reçu les premiers soins à l'hôpital de campagne de Norassoba", a déclaré à l'AFP Maïmouna Sangaré, agente de santé locale.

Mercredi 6 Février 2019

Lu 145 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS