Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nasser Bourita : Toute volonté de détourner le débat sur la crise avec l'Espagne est contre-productive


Nasser Bourita : Toute volonté de détourner le débat sur la crise avec l'Espagne est contre-productive
Le Maroc considère que toute volonté de détourner le débat sur la crise avec l’Espagne est "contreproductive", a affirmé, vendredi à Rabat, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita. “Le Maroc qui considère que la crise est bilatérale et politique avec l’Espagne, est satisfait de ses relations avec l’UE dans tous les domaines”, a-t-il souligné lors d’une conférence de presse à Rabat.

Pour le Maroc, la résolution du Parlement européen est en déphasage avec le registre du Maroc en matière de lutte contre la migration clandestine, a-t-il dit, affirmant que les efforts du Maroc dans ce domaine sont connus et reconnus. “On a vu même hier de nombreuses institutions qui ont relevé ce rôle, y compris des institutions européennes comme la commission et le service extérieur”, a-t-il enchaîné. “Cette résolution s’inscrit dans une instrumentalisation des institutions européennes et du Parlement européen en particulier par rapport à une question qui n’est pas du ressort du PE”, a-t-il ajouté. “Si le titre de la résolution concerne la convention des Nations unies sur les droits de l’enfant, la première question qui se pose : Qui a donné au Parlement européen le mandat pour superviser des conventions onusiennes? Depuis quand le Parlement européen est le gardien de l’application par les Etats membres d’une convention onusienne?, se demande encore Nasser Bourita.

Les conventions ont leurs mécanismes, a encore souligné le ministre, se réjouissant de voir l’UNICEF valoriser et saluer le rôle du Maroc dans la mise en œuvre de cette convention. Le ministre a aussi évoqué les observations du comité sur les droits des enfants suite à l’examen du rapport périodique de l’Espagne en janvier-février 2018. Dans ce contexte, a-t-il rappelé, le comité s’est déclaré gravement préoccupé par la discrimination que les enfants continuent de subir de facto en Espagne en raison de leur handicap, de leur origine ou de leur situation socio-économique et s'est dit inquiet par les conditions médiocres d’accueil et d’hébergement dans les centres de rétention temporaire surpeuplés, qui accueillent des étrangers et la négligence qui y est constatée ainsi que par l’absence de mécanismes de plainte accessibles aux enfants.

Le comité est vivement préoccupé aussi par la législation espagnole qui autorise les méthodes intrusives même lorsque les documents d’identité semblent authentiques, ainsi que par le niveau élevé de violences dans les centres d’accueil pour enfants et l’insuffisance de prise en charge et de protection assurées par les professionnels, a-t-il encore rappelé. Le registre du Maroc par rapport à l’application de la convention est connu et il y a d’autres situations qui auraient pu intéresser le Parlement européen.

“Le Maroc ne sera pas détourné de l’essentiel: Une crise bilatérale dont la genèse est connue et qui est liée à une attitude et à des actions qui ont été hostiles à une cause sacrée pour le Maroc et les Marocains”, souligne-t-il. C’est le fond du problème et tant qu’il n’est pas réglé, la crise restera et toute tentative de déviation du débat serait vaine et n’aura aucun impact sur la perception du Maroc par rapport à cette crise, a conclu le ministre.

Libé
Dimanche 13 Juin 2021

Lu 488 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:20 La réadmission a un coût

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:00 Main basse sur la mairie de Rabat

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS