Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Molang, le gros lapin français à la conquête du monde




Peut-on être gentil et conquérir le monde? Le lapin ricaneur Molang, star animée du studio français Millimages, est en train de réussir son pari avec ses histoires d’amitié qui ont conquis en quelques années des chaînes chinoises et Netflix.
Dans le studio Millimages, à Paris près du canal Saint-Martin, les personnages s’animent sous les mains d’une centaine de salariés. Serrés sous la verrière, concentrés sur le moindre brin d’herbe qui dépasse sur leur écran.
Molang est “un gros lapin, très fantaisiste, enthousiaste, extrêmement positif”, explique Marie-Caroline Villand, créatrice de Molang chez Millimages. “Et il a son meilleur ami qui est un petit poussin, un peu plus nerveux, un peu timide”, appelé Piu-Piu. Les deux amis enchaînent les gags s’inspirant de Laurel & Hardy ou de Bourvil dans des pastilles de cinq minutes.
Et ils parlent! Un sabir inventé, entre le français, l’italien ou le russe, qui donne son identité à la série, et évite les doublages.
“Ce sont des mots très bien articulés, qu’on fait revenir tout le temps”, explique Marie-Caroline Villand, imitant le lapin. “Si je vous dit, +Bah kah ki kou?+ Selon ce que vous voyez à l’écran vous allez comprendre +qu’est-ce que c’est?+ ou +qu’est-ce que tu fais?+. Ou bien +Ko té ta da ki!+ - +J’ai une idée+”.
Le personnage de Molang a été créé initialement par une dessinatrice sud-coréenne, Hye-Ji Yoon. Le lapin est devenu une star des émoticônes, envoyés par millions sur les messageries en ligne. Le PDG de Millimages le repère en 2014, en achète les droits mondiaux, et le lance sur Canal+ en 2015.
“Quand on est arrivé sur le marché, on nous disait que l’empathie et l’amitié n’intéresseraient pas les enfants”, se souvient le PDG, Roch Lener. Le succès du lapin est pourtant basé selon lui sur son “identité très forte”, autour du “bonheur” et de “l’amitié”.
Le dessiner est “à la fois facile et difficile”, explique le chef animateur Nicolas Marrocco. “Facile parce que c’est des petites boules. Mais difficile aussi parce que certaines actions sont un petit peu plus compliquées”. Comment se toucher la tête quand on a des bras minuscules? “Il faut trouver des astuces: passer le bras par derrière”, explique l’animateur.
En France, Molang passe sur TF1 et a droit à une demi-heure après l’école sur Piwi+, une chaîne jeunesse de Canal+.
“Quand Roch Lener nous a présenté le personnage, son potentiel était une évidence, mais tout était à faire”, souligne chez Canal+ Nathalie Leffray, responsable du développement des programmes jeunesse. “Cette écriture familiale (avec des références, ndlr) permet de capter l’attention des plus grands. Et les chorégraphies le rendent très moderne”.
Face à des concurrents déjà installés dans le coeur de plusieurs générations, comme Hello Kitty, Peppa Pig ou les Moumines, le jeune Molang est déjà regardé par 200 millions d’enfants, selon ses créateurs: Netflix diffuse la première saison depuis le mois de juillet, il est visible sur des dizaines de chaînes dans le monde (Etats-Unis, Japon, Amérique latine) et vient d’obtenir une case à la TV publique en Chine.
Millimages a de grandes ambitions dans les produits dérivés, comme le montrent les centaines de peluches “super soft” qui décorent le studio.
“Produire des dessins animés ne fait pas gagner un rond”, lance Roch Lener. “Mais certains succès mondiaux peuvent donner des succès exceptionnels dans les jouets”. On compte déjà 850 produits qui vont des gommes aux jouets en passant par les housses de couette.
En France, Molang et ses amis sont apparus dans les menus enfant de McDonald’s, et ont envahi l’Aquarium de Paris depuis le 11 janvier. En Corée, ils accompagnent les voyageurs dans les trains express.
Dans la quatrième saison, dont la diffusion a commencé en novembre, des épisodes un peu plus longs permettent à Molang de suivre des histoires plus complexes, en voyageant à travers le temps.
En allant par exemple à la cour de Sonny el magnifico, version aux longues oreilles de Louis XIV. De quoi donner envie à Millimages de songer aussi “sérieusement” à créer un jeu vidéo alors qu’une cinquième saison est en cours d’écriture.

Samedi 18 Janvier 2020

Lu 1453 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif













Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com