Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mohamed Ben Abdelkader : Le Maroc a mis en place un modèle de développement basé sur la compétitivité

Tenue de la Vème rencontre internationale de l'Université ouverte de Dakhla




 Le Maroc, sous la conduite éclairée de S.M le Roi Mohammed VI, s’est engagé dans une série de réformes dans les domaines politique, institutionnel, juridique, administratif et social dans l’objectif de concevoir son propre modèle de développement basé sur la compétitivité et l'adhésion positive à la mondialisation, a affirmé jeudi à Dakhla, le ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé de la Réforme de l’administration et de la Fonction publique, Mohamed Ben Abdelkader.
Dans une allocution à l’ouverture de la Vème rencontre internationale de l'Université ouverte de Dakhla, il a relevé que le Maroc a mis en place un cadre qui encourage l’investissement et fournit les conditions de compétitivité afin de contribuer aux efforts de développement du tissu économique du Royaume et profiter des opportunités précieuses que présente la mondialisation.
Le ministre délégué a également souligné que le contexte dans lequel est organisée cette rencontre est marqué par le développement de la mondialisation économique qui place les différents pays devant des défis lui imposant d’instaurer des procédures efficaces et d'adopter des plans d’action adéquats pour réformer leurs aspects économique, financier et administratif et accompagner les nouvelles mutations sur la scène internationale.
La mondialisation économique affecte l’administration publique dans les tâches qui lui incombent et dans son rôle comme acteur du développement économique et pourvoyeur de services sociaux, a ajouté Mohamed Ben Abdelkader, signalant que les enjeux et les défis qu'elle implique requièrent de revoir les mécanismes de travail du service public dans la perspective de répondre aux attentes des citoyens et d’asseoir le cadre adéquat à l'épanouissement des entreprises à même d’accélérer le rythme des investissements et de soutenir les efforts de développement.
A cet égard, le ministre délégué a rappelé que le Maroc a réalisé des avancées considérables dans la construction d'une économie moderne et productive à travers des projets structurants d'envergure se rapportant notamment aux infrastructures, à la réhabilitation du tissu économique et à la stimulation des investissements, outre les réalisations dans les politiques sectorielles et les programmes de développement ayant permis de conforter la confiance en l’économie nationale et de renforcer son positionnement régional et international.
Mohamed Ben Abdelkader a relevé, dans ce sens, que le programme de réforme de l’administration vise à atteindre quatre transformations intégrées, à savoir la transformation organisationnelle à travers la mise en place de mécanismes capables de consacrer les principes généraux de bonne gouvernance afin d’accompagner la régionalisation et jeter les bases de la décentralisation administrative, et la transformation managériale, en mesure d’améliorer les performances et l’efficience de l’administration à travers le développement du système de la fonction publique et la préparation de la Charte nationale du service public.
Il s’agit également de la transformation éthique via la consolidation des valeurs d'intégrité et de transparence dans la gestion des affaires publiques et la consolidation des mécanismes de bonne gouvernance, outre la transformation numérique à travers l'élaboration d'un plan national de promotion de la numérisation des procédures et le renforcement de la domiciliation des technologies de l’information dans l’administration publique ainsi que la conception de solutions numériques innovantes.
Le ministre délégué a, en outre, rappelé, la création de la Commission nationale de l’environnement des affaires sous la présidence du chef de gouvernement en tant que cadre consultatif transparent basé sur une approche participative réunissant le gouvernement, la société civile et le secteur privé, et qui a pour mission de concevoir et d’appliquer les mesures de renforcement de l’attractivité du Maroc et le développement de sa compétitivité à travers l’amélioration du cadre légal, administratif et organisationnel pour traiter tous les sujets liés à l'investissement et au climat des affaires.
Pour sa part, le secrétaire d'Etat chargé de l’Investissement, Othmane El Ferdaous, a indiqué que les politiques publiques au Maroc reposent sur une approche prospective dans la gestion des changements de la nouvelle économie mondiale.
Cette approche prospective, a-t-il ajouté, s'incarne à travers le renforcement du positionnement du Royaume dans le partenariat euro-méditerranéen et le lancement d'une diplomatie économique en vue de consolider les relations avec les Etats africains.
Il a, par ailleurs, mis en avant le rôle des infrastructures mises en place en vue de lier le Nord et le Sud du Royaume et de renforcer la position du Maroc dans la nouvelle économie mondiale, relevant notamment le rôle du port Tanger-Med dans la liaison du pays aux différents axes de la navigation maritime mondiale.
Le secrétaire d'Etat a précisé, en outre, que le nouveau modèle de développement des provinces du Sud, qui vise à réaliser des projets d'infrastructures pour un coût total de 7 milliards de dollars, constitue également l'un des aspects de l'approche prospective des politiques publiques, rappelant le projet de la voie Express vers Dakhla et celui de la gare routière de Laâyoune qui sera la plus grande d'Afrique.
Il a fait état de l'efficience du partenariat public-privé, précisant que le partenariat au sein des institutions du secteur public est tout aussi important, en particulier la fusion de l'Agence marocaine de développement des investissements avec le Centre marocain de promotion des exportations et l'Office des foires et expositions, mus en une Agence marocaine de développement des investissements et exportations (AMDIE), en vue d'encourager les investissements.
Il a, dans ce sens, évoqué les efforts des politiques publiques dans l'intégration des jeunes dans l'économie structurée à travers l'initiative de "l'auto-entrepreneur".
Quant au président du Conseil de la région Dakhla-Oued Eddahab,Yanja Khatat, il a fait savoir que la rencontre internationale de l’Université ouverte de Dakhla constitue l'occasion d'évoquer les efforts importants que déploie le Maroc dans son voisinage continental et mondial dans un contexte de changements de l'économie mondiale.
Pour sa part, le wali de la région et gouverneur de la province de Oued Eddahab, Lamine Benomar, a indiqué que dans le contexte des changements économiques mondiaux, le Maroc a opté pour une approche de coopération Sud-Sud pour renforcer ses relations économiques avec le continent africain, notamment après le retour du Royaume au sein de l'Union africaine et sa demande d'adhésion à la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDAO).

Samedi 9 Décembre 2017

Lu 1336 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés