Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mohamed Abed Al-Jabri, un monument du mouvement intellectuel arabe contemporain




Des intellectuels et chercheurs égyptiens ont souligné, vendredi, que le penseur marocain feu Mohammed Abed Al-Jabri fut un monument lumineux du mouvement intellectuel arabe contemporain. Dans des interventions lors d'une conférence sur le thème "La critique de la raison arabe chez Mohamed Abed Al-Jabri", organisée dans le cadre du Salon international du livre du Caire, ces chercheurs ont relevé que les contributions philosophiques riches d'Al-Jabri et sa méthode de questionnement du sort des conflits politiques lui ont valu une place distinguée dans le champ intellectuel et culturel arabe au cours des trois dernières décennies du siècle passé.
"L'expérience d'Al-Jabri et son engagement sur la scène politique marocaine et arabe lui ont permis de construire un échafaudage intellectuel et théorique agissant au coeur du mouvement intellectuel arabe contemporain", ont-ils mis en exergue. A ce propos, le professeur du fiqh islamique à l'université de Tanta, Ahmed Salem, a considéré que Mohamed Abed Al-Jabri a contribué à la cristallisation de plusieurs positions et convictions intellectuelles et historiques dans le cadre de son approche pluriangulaire du patrimoine arabo-islamique et à la genèse d'un projet de renouveau de la raison arabe, soulignant que les différentes idées et thèses formulées par Al-Jabri ont consacré son implication agissante dans la pensée arabe contemporaine. Pour Ahmed Salem, l'engagement politique direct d'Al-Jabri et l'intérêt qu'il portait aux questions des luttes idéologiques et politiques au Maroc et dans le monde arabe, ont donné naissance à des convictions philosophiques qui visent le développement de la société arabe. De son côté, Achraf Mansour, professeur de philosophie à l'Université d'Alexandrie, a relevé que les thèses d'Al-Jabri sont véritablement l'incarnation d'une tension et d'une métamorphose du monde arabe, estimant que le penseur marocain a étayé les questionnements qui interpellent la pensée arabe contemporaine, suivant une méthodologie qui tente de contourner les différentes manifestations et formes de la lutte politique dans le monde arabe.
Le projet intellectuel de renaissance auquel croyait Al-Jabri participe de sa croyance inébranlable en la fonction historique de la pensée et du penseur, a-t-il dit, notant que les questionnements soulevés par Al-Jabri visaient à changer et enrichir la société et l'histoire arabes. Quant à l'écrivain Saleh Salem, il a considéré que la pensée d'Al-Jabri est riche en convictions politiques qui ont véhiculé ses  contributions, que ce soit sa philosophie, ses positions vis-à-vis du patrimoine ou ses idées nationalistes qui étaient en phase avec le projet de renaissance arabe auquel il croyait dur comme fer.

Lundi 28 Janvier 2019

Lu 847 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Septembre 2020 - 18:55 Le secteur du livre affaibli par la pandémie

Vendredi 18 Septembre 2020 - 16:57 Décès de Mohamed Talal