Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Lisbonne en proie à la fièvre de la rénovation




Des dizaines de grues se dressent dans le ciel de Lisbonne, et des ouvriers rénovent des quartiers entiers d’une capitale en pleine effervescence, permettant de relancer le secteur de la construction après des années noires.
En pleine crise, “il y a huit ans encore, avec mon collègue, nous faisions du porte-à-porte pour proposer nos services”, confie Roman Kurtysh, un maçon ukrainien, cordiste spécialisé dans les travaux en hauteur et le ravalement de façades. “Je ne sais toujours pas comment nous avons survécu !”, s’exclame ce quadragénaire dynamique esquissant un léger sourire en caressant sa barbe clairsemée. Après avoir quitté son Ukraine natale pour s’installer au Portugal au début des années 2000, il enchaîne différents métiers, avant de lancer en 2009 Rkesa, une société de rénovation urbaine, avec son compatriote Oleksandr Shulyak. “A cette époque, à la fin du mois on se faisait un salaire de 53 euros chacun. Nous étions prêts à jeter l’éponge”, raconte-t-il à l’AFP.
Le tournant s’est produit début 2014. Trois ans après avoir reçu un plan d’aide européen de 78 milliards d’euros de prêts, le Portugal commence à sortir de la crise, une embellie économique dont les deux Ukrainiens profitent.
“A partir de là notre carnet de commandes a commencé à se remplir”, poursuit Oleksandr Shulyak, à la tête d’une équipe d’ouvriers alpinistes. Rien que dans la capitale, Rkesa compte pas moins de 16 chantiers.
A l’image de cette société, le secteur du bâtiment a connu une croissance exceptionnelle après des années de déclin, en très grande partie grâce à la réhabilitation urbaine. A la fin du 1er semestre 2017, le secteur employait 310.000 personnes, contre 287.000 un an plus tôt (+8%), selon l’Institut national des statistiques (INE).
La production dans le secteur a progressé de 5,9% en 2017, après un recul de 52% sur les 19 dernières années, selon les estimations de la Fédération de l’industrie de la construction (FEPICOP). “Au cours des cinq dernières années, la réhabilitation a été un levier important, représentant plus de 80%” de l’activité, précise José Velez du cabinet de consultants immobilier Prime Yield. Avant 2013, dans la capitale “un immeuble sur trois était vide, vétuste ou dans un état avancé de dégradation”, rappelle à l’AFP Luis Mendes, chercheur à l’Institut de géographie et de la gestion du territoire à l’Université de Lisbonne. 
Aujourd’hui les choses changent. De nombreuses façades ocre ternies par le temps, se voilent d’échafaudages pour faire place à des immeubles neufs reconstruits derrière leurs façades d’origine.

Libé
Jeudi 3 Mai 2018

Lu 355 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif