Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les utilisateurs de réseaux sociaux “copient” les habitudes alimentaires de leurs amis




Les utilisateurs de réseaux sociaux “copient” les habitudes alimentaires de leurs amis
Selon des chercheurs de l'Université d'Aston (Birmingham, Royaume-Uni), les utilisateurs des réseaux sociaux ont tendance à «copier» les habitudes alimentaires de leurs amis. Pour l’étude, l’équipe a demandé à plus de 360 étudiants d'estimer la quantité de fruits, de légumes, de collations «à forte teneur énergétique» et de boissons sucrées que leurs copains sur Facebook consomment quotidiennement.
Les informations ont ensuite été croisées avec les habitudes alimentaires réelles des participants, les résultats montrant que ceux qui estimaient que leur cercle social «approuvait» la consommation de malbouffe en consommaient beaucoup plus eux-mêmes. En revanche, ceux qui estimaient que leurs amis avaient une alimentation saine consommaient davantage de fruits et de légumes.
 «Leurs perceptions pourraient provenir de la lecture des messages de leurs amis sur la nourriture et les boissons qu'ils ont consommées, ou simplement d'une impression générale de leur état de santé général », ont commenté les auteurs de l'étude, ajoutant que les résultats montrent que les gens mangent environ un tiers de malbouffe en plus s'ils pensent que leurs copains s'y adonnent également.
Il n'y avait pas de lien significatif entre les habitudes alimentaires des participants et leur indice de masse corporelle (IMC).
 « Cette étude suggère que nous pouvons être influencés par nos relations sociales plus que nous n’en sommes conscients lorsque nous choisissons certains aliments. Nous semblons tenir compte inconsciemment de la façon dont les autres se comportent lorsque nous faisons nos propres choix alimentaires», a déclaré Lily Hawkins, doctorante en psychologie de la santé. «Donc, si nous croyons que nos amis mangent beaucoup de fruits et légumes, nous sommes plus susceptibles de manger des fruits et légumes nous-mêmes. D'un autre côté, si nous pensons qu'ils sont heureux de consommer beaucoup d'en-cas et de boissons sucrées, cela peut nous donner une “licence de surconsommation” d'aliments qui sont mauvais pour la santé. Cela implique que nous pouvons utiliser les réseaux sociaux comme un outil pour nous encourager mutuellement dans notre comportement alimentaire au sein de groupes d'amis, et éventuellement utiliser ces connaissances comme un outil pour des interventions de santé publique». Les résultats complets de l'étude ont été publiés dans la revue Appetite.

Vendredi 14 Février 2020

Lu 1144 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif













Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com