Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les principales pistes de la réforme de la zone euro


Les dirigeants de l’UE doivent évaluer ce vendredi différentes pistes pour réformer la zone euro afin qu’elle puisse mieux résister aux crises, sans aboutir toutefois à des décisions majeures comme il était initialement espéré.
Ils se retrouveront à 27 (le Royaume-Uni étant exclu en raison du Brexit) vendredi matin à Bruxelles, au lendemain d’une première journée de sommet dominée, elle, par les défis migratoires, rapporte l’AFP.
Les 27 auront pour base de travail les propositions présentées le 19 juin dernier à Meseberg (près de Berlin) par la France et l’Allemagne, les deux poids lourds de l’économie de la zone euro.
Mais un certain nombre de pays, emmenés par les Pays-Bas, se sont déjà montré réservés sur tel ou tel point présenté par le tandem franco-allemand, souvent considéré comme le moteur de l’unité européenne.
Les principales propositions au menu du sommet de vendredi devraient faire l’objet d’une “discussion animée”, selon un diplomate européen, entre les pays prônant “plus de solidarité” —ceux du Sud— et “les adeptes de la rigueur” au Nord.
Reflet des divergences d’opinions qu’elle provoque, l’idée phare du président français Emmanuel Macron — un budget pour la zone euro — n’est mentionnée qu’implicitement dans le projet de conclusions du sommet que l’AFP a pu consulter.
A Meseberg, Mme Merkel avait apporté son soutien au projet de son homologue français, dans une version, il est vrai, moins ambitieuse que le concept de départ.
Berlin s’est en effet montré ouvert à un projet somme toute modeste — aucun montant n’a été donné —, inclus dans le budget de l’UE, qui nécessiterait l’approbation à l’unanimité des 27 membres de l’Union et non seulement des 19 membres de la zone euro.
Or les Pays-Bas ont clairement fait savoir qu’ils n’en voyaient pas l’utilité, tandis que d’autres, sans être opposés à l’idée, ont notamment émis des réserves sur les possibilités de financement proposées par Paris et Berlin. Le Luxembourg et l’Irlande, par exemple, ne sont pas favorables à l’introduction de nouvelles taxes pour l’alimenter.

Vendredi 29 Juin 2018

Lu 358 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS