Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les journalistes panafricaines à la découverte des charmes de Dakhla




Les journalistes panafricaines à la découverte des charmes de Dakhla
Entretiens avec les édiles locaux portant sur les projets de développement socioéconomique, la planification stratégique, l’aménagement du territoire et la représentativité politique de la femme dans nos provinces sahariennes

Un groupe de 22 journalistes panafricaines vient d'effectuer une visite à Dakhla, avec pour objectif de découvrir les grandes potentialités touristiques et atouts économiques dont regorge la région.
Lors de ce voyage de presse organisé par l'Agence marocaine de coopération internationale (AMCI), en partenariat avec le Réseau de femmes journalistes africaines «Les Panafricaines», les journalistes ont eu l'occasion de découvrir les potentialités de Dakhla, ainsi que les avancées qu'a connues la région dans le cadre du nouveau modèle de développement pour les provinces du Sud.
Cette visite de trois jours (du 8 au 10 mars), a été également l’occasion pour les bénéficiaires de constater de visu les grands projets et infrastructures dans les domaines du tourisme, de l’hôtellerie, de la pêche, de l’aquaculture et de l’agriculture.
Au cours de leur séjour, les journalistes représentant la presse écrite et audiovisuelle ont débattu avec les élus et responsables locaux des questions portant notamment sur les projets de développement socioéconomique qui ont été lancés ces dernières années, la planification stratégique, l’aménagement du territoire et la représentativité politique de la femme dans les provinces du Sud du Maroc, ainsi que le programme de développement régional et d’autres plans qui peuvent servir d’exemple pour leur pays.
Dans une déclaration à la MAP, la présidente du comité permanent des Panafricaines, Fathia El Aouni, a indiqué que ces journalistes ont été sélectionnées pour effectuer ce voyage de presse, vu que leurs pays ont ouvert des représentations consulaires à Dakhla et Laâyoune.
Elle a, par ailleurs, souligné que l’objectif majeur des Panafricaines est de créer des synergies et de s’inscrire dans la dynamique qui rapproche le Maroc du reste du continent.
Pour sa part, Patricia Lydie Mouellet, rédactrice en chef de la première chaîne de télévision gabonaise, a déclaré que c’est la première fois qu’elle visite Dakhla, en se disant «impressionnée» par les chantiers menés sur les plans d’investissement et de développement.
Même son de cloche chez Chantal Ehouman Akandan, journaliste reporter à la radiodiffusion télévision ivoirienne, qui a souligné «qu'elle ne s'attendait pas à découvrir une belle ville comme Dakhla dans le désert», notant que la région a tous les atouts pour voir éclore de grands projets.
Ces représentantes des médias africains, originaires de 15 pays africains dont Burkina Faso, Burundi, Comores, Côte d’Ivoire, Djibouti, Gabon, Gambie, Guinée et São Tomé-et-Príncipe, ont visité le complexe portuaire de Dakhla, l’unité de transformation des produits de la mer et l’unité de congélation de poisson, situées dans la zone industrielle de Hay Essalam, en plus de la ferme aquacole et le parc ostréicole relevant de l'Institut national de recherche halieutique (INRH).
Lors de leur séjour à Dakhla, les journalistes ont eu une série de rencontres notamment avec le wali de la région et gouverneur de la province d'Oued Eddahab, Lamine Benomar et des membres du Conseil régional et de la commune de Dakhla.
Avant leur voyage à Dakhla, les journalistes avaient participé à la 3ème édition du Forum «les «Panafricaines», tenu les 6 et 7 mars à Casablanca, auquel ont pris part plus de 300 femmes journalistes de 54 pays.
Ce forum ambitionne de contribuer au renforcement des capacités des Panafricaines souhaitant développer une expertise sur les questions climatiques et environnementales, et ce dans le cadre d'une approche solidaire et concertée.

Mise à niveau des tribunaux de Safi

Le ministère de la Justice a annoncé son intention d'accélérer la mise à niveau des locaux de la Cour d'appel et du tribunal de première instance de Safi, conformément aux conclusions de la mission d'inspection menée sur place.
«Suite aux révélations d'un journal vendredi dernier ainsi qu'aux investigations de l'inspecteur général et au rapport réalisé à cet effet, photos à l'appui, force est de constater que le bâtiment de la Cour d'appel se trouve dans un état qui n'est pas digne du secteur de la Justice», indique mardi un communiqué du ministère.
Le département a également qualifié de «mensonge» et d'«informations infondées» les allégations selon lesquelles des magistrats et des fonctionnaires se seraient trouvés dans l'obligation d'utiliser l'éclairage de leurs téléphones portables lors des audiences tenues en soirée.
Il a en outre démenti que des fonctionnaires des tribunaux de la ville aient recours aux kiosques situés à proximité pour imprimer ou photocopier les différents dossiers judiciaires.

Migration illégale

 Les éléments du service préfectoral de la police judiciaire de Laâyoune ont arrêté, mardi soir, sur la base d'informations précises fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), cinq individus pour leurs liens présumés avec un réseau criminel s'activant dans l’organisation de la migration illégale et la traite des êtres humains.
Selon les premiers éléments de l'enquête, les suspects, dont un Marocain et quatre ressortissants subsahariens, ont été appréhendés en flagrant délit de préparation d'une opération d'immigration clandestine au profit de onze candidats étrangers, parmi lesquels se trouvent trois femmes et deux enfants, indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).
Les perquisitions menées dans le cadre de cette affaire ont permis la saisie de matériels et d'équipements utilisés dans l’organisation de cette opération, à savoir un zodiac, des jerricans, des plaques d'immatriculation falsifiées marocaines et étrangères et un GPS, fait savoir la même source.

Jeudi 12 Mars 2020

Lu 742 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif