Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les grands travaux du gouvernement El Youssoufi




Les grands travaux du gouvernement El Youssoufi
A l’issue des élections législatives de l’hiver 1997, Abderrahmane El  Youssoufi a été chargé de piloter un gouvernement de coalition censé éviter au Maroc « la crise cardiaque » comme l’a indiqué Feu S.M Hassan II lui-même. Une mission qui a été globalement réussie par la nouvelle équipe qui a introduit des réformes importantes aussi bien sur les plans économique et social qu’en matière de justice et de développement du monde rural.
Côté économique et financier, la plupart des indices ont connu une amélioration notable pendant la période du gouvernement d'alternance consensuelle. En effet, et en dépit de nombreux dysfonctionnements qui ont grevé le budget de façon sensible, l’économie nationale a pu faire montre de résilience et réaliser un taux de croissance de 3,8% sur la période 1998-2001 contre 2,6% entre 1993 et 1997. Par ailleurs, le gouvernement El Youssoufi a pu maîtriser l'inflation à un niveau inférieur à 1,5% en moyenne alors que ce taux dépassait les  4% entre 1993 et 1997. Idem pour le déficit budgétaire qui a été limité à un niveau de 3%.
Cette maîtrise des principaux indicateurs s'est accompagnée d'une progression du niveau de l’épargne publique. En effet, la gestion économique et financière du gouvernement d’alternance consensuelle s’est fixée comme objectif le renforcement de la capacité de résilience de l’économie nationale et des finances publiques en dépit des contraintes liées à l’importance de l’endettement et des arriérés du Trésor et de la conjonction de facteurs indigènes et exogènes qui n’ont pas facilité la réalisation des objectifs fixés.
Concernant les investissements, le gouvernement El Youssoufi a créé une commission ministérielle en charge de ce dossier. Depuis septembre 1998, date de sa mise en place, cette commission a pu traiter 139 dossiers dont 117 ont abouti pour un investissement global de 25 milliards de DH.
Ainsi, le niveau d'investissement national a-t-il augmenté de 23% entre  1998 et 2002 par rapport à la période 1993-1997. Le montant de l'investissement des entreprises publiques est passé, pour sa part, de 14,7 milliards de DH en 1997 à 27,8 milliards en 2001.
Quant aux investissements étrangers, ils ont atteint un niveau record sur les onze mois de 1999 avec 16,6 milliards de DH, soit une hausse vertigineuse de plus de 273%. L'effet GSM y est intervenu pour près de 50%.
Concernant les réserves de change, elles ont augmenté pour atteindre 59 milliards de DH, soit la couverture de 6,6 mois d'importations.
Le gouvernement El  Youssoufi a eu également le mérite d’avoir promulgué le décret sur les marchés publics, le Code de recouvrement des créances publiques et la loi sur le marché hypothécaire censée mobiliser les fonds pour le financement de l'habitat.
Au volet justiciaire, le gouvernement a fourni d'importantsefforts pour qu'il y ait une plus grande application des jugements rendus à l'encontre des administrations, des collectivités locales et des établissements publics.
 Ainsi, entre 80 et 88% des jugements prononcés contre des compagnies d'assurance et plus de 45% contre différents organes de l'Etat ont-ils été appliqués.
A noter également que pendant les quatre années du mandat du gouvernement d’alternance consensuelle, 161 lois ont été adoptées contre 181 projets de loi présentés aux deux Chambres et 20 amendements de lois ont été approuvés concernant le service militaire ou civil de douze mois pour les deux sexes, la transparence des marchés publics, les douanes et les assurances, la propriété intellectuelle. Nombre d’organismes ont été  créés pour la promotion des investissements, le développement rural, la recherche scientifique, l’intermédiation et l’observation de l’emploi... Certains problèmes urgents — dossiers de l'urbanisme et de la justice en instance, par exemple — ont pu être réglés par des circulaires du Premier ministre.
S’agissant de l’entraide sociale, le gouvernement El Youssoufi a permis  l'accomplissement de nombreux progrès, notamment dans la lutte contre la pauvreté et les écarts sociaux. Il a, par ailleurs, mis en place un programme qui a bénéficié à plusieurs catégories sociales dont celles qui sont issues du monde rural. Ces programmes ont aussi profité aux provinces du Sud et  permis l’insertion de 1.350 diplômés et la réalisation de projets d’habitats salubres pour la population de la région. Le gouvernement El Youssoufi a consacré une enveloppe à ce programme de l’ordre de 26,8 milliards de DH, les contributions de l’Etat couvrant 54% de cette enveloppe.
D’autres mesures ont suit, notamment une stratégie sécuritaire qui a organisé, à travers un cadre légal idoine, le secteur de l’immobilier sans oublier les financements et les subventions publics.
Sur un autre registre, il a préparé le projet de l’assurance-maladie obligatoire.
S’agissant du dialogue social, l'Exécutif présidé par Abderrahmane El Youssoufi  a non seulement préparé l’Accord du 19 Moharram 1421, mais a il a aussi réalisé les engagements tenus par l’équipe qui l'a précédé.  A ce propos, 106.000 fonctionnaires ont bénéficié de promotion, ce qui a coûté au budget de l’Etat la bagatelle de 6,8 milliards de DH entre 2001 et 2002.
Concernant le monde du travail, plus de 130.000 emplois ont été créés pour le compte de l'année 2001. Par ailleurs, 70.000 postes ont été créés dans la fonction publique entre 1998 et 2002.
La situation du monde rural a connu au cours du mandat du gouvernement d’alternance consensuelle une nette  amélioration malgré les trois années de sécheresse que le Maroc a connues. A cet effet, il faut rappeler la mise en place d’un fonds de développement rural pour lutter contre la sécheresse qui a permis l’investissement de quelque 8 milliards de DH et la création de 19 millions de journées de travail ainsi que  l’alimentation de plus d’un million de foyers en eau potable. Cette initiative a permis également de ralentir fortement les flux migratoires vers les villes. Et pour maintenir la bonne marche de ce programme, le gouvernement a mis  en place un système adéquat et à même d'assurer des ressources financières fixes à ce fonds. Il a également œuvré pour la restructuration de la CNCA sans oublier la réduction de l’endettement des cultivateurs qui a coûté à l’Etat 1,2 milliard de DH.
Concernant le développement des provinces du Nord, il faut rappeler que les travaux de la rocade méditerranéenne qui relie Tanger et Saïdia sur une longueur de 555 km avec un investissement de 5 milliards de DH ont été lancés par le gouvernement El Youssoufi.
S'agissant de l'enseignement et de sa généralisation aux  enfants âgés de 6 ans, le taux de scolarisation a connu une évolution non négligeable entre 1998 et 2001. Durant cette période, il s'est élevé de 37,2 à 77,2%.

Hassan Bentaleb
Samedi 30 Mai 2020

Lu 1507 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif