Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les fumeurs ont 3 fois plus de risques de mourir d’ un AVC ou d’ une maladie cardiaque




Les fumeurs ont presque trois fois plus de risques de mourir prématurément d’une maladie cardiaque ou d’un accident vasculaire cérébral. De nouvelles recherches publiées dans le Journal of the American Heart Association ont mis en évidence les risques énormes du tabagisme, cette habitude étant responsable, selon les estimations, de 100.000 décès par maladie cardiovasculaire chaque année aux Etats-Unis. Des études antérieures avaient déjà établi un lien entre le tabagisme et les décès prématurés, mais ces nouvelles découvertes se sont concentrées sur les maladies cardiovasculaires mortelles prématurées. Il a été constaté que les fumeurs actuels ont près de trois fois plus de risques de mourir prématurément d’une maladie cardiaque ou d’un accident vasculaire cérébral, ceux qui commencent à fumer pendant l’enfance étant les plus exposés.

«Il était surprenant de voir à quel point ces résultats étaient cohérents avec nos recherches antérieures et avec d’autres études menées dans le monde entier, notamment au Royaume-Uni, en Australie et au Japon, tant en ce qui concerne les risques substantiels associés au tabagisme que les avantages pour la santé de l’arrêt du tabac. L’âge auquel une personne commence à fumer est un facteur important et souvent négligé, et ceux qui commencent à fumer à un jeune âge courent un risque particulièrement élevé de mourir prématurément d’une maladie cardiovasculaire... Faire en sorte que les gens arrêtent de fumer reste l’une des plus grandes priorités en matière de santé au niveau mondial», a déclaré l’auteur principal de l’étude, Blake Thomson, épidémiologiste à l’Université d’Oxford. L’étude a analysé les données médicales de 390.929 adultes âgés de 25 à 74 ans, en examinant les antécédents médicaux, les habitudes de vie et les données démographiques des fumeurs et des non-fumeurs. Les données ont été recueillies entre 1997 et 2014 et les fumeurs ont été regroupés selon l’âge auquel ils ont commencé à fumer. 58% des personnes participant à l’étude n’avaient jamais fumé, tandis que 23% fumaient auparavant et 19% fumaient toujours. Dans le groupe des fumeurs actuels, 19% ont commencé à fumer entre 10 et 14 ans. Les scientifiques ont découvert que les personnes qui arrêtent de fumer avant 40 ans réduisent de 90% le risque de décès prématuré dû à une maladie cardiovasculaire.

Les données ont également montré que plus une personne arrête de fumer tôt, plus les bénéfices pour la santé sont importants. «Empêcher la prochaine génération de fumer peut sauver des vies, mais nous devons également souligner que le fait d’arrêter de fumer peut sauver des vies maintenant et dans les années à venir. En termes simples, les politiques de santé devraient viser à empêcher les jeunes de fumer et devraient communiquer clairement les avantages de l’arrêt du tabac à ceux qui fument, idéalement le plus jeune possible, et avant l’apparition d’une maladie grave», a conclu Blake Thomson.

Libé
Vendredi 13 Novembre 2020

Lu 290 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.