Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les forêts tropicales risquent d’émettre plus de CO2




Les forêts tropicales risquent d’émettre plus de CO2
Les forêts tropicales perdent leur capacité à absorber le carbone, et la forêt amazonienne risque même dans les quinze prochaines années d’en produire plus qu’elles n’en capte, avertissent des chercheurs, dans une étude publiée mercredi par la revue scientifique Nature.
Ces conclusions devraient entraîner une révision à la baisse de la quantité de carbone que l’humanité peut produire pour respecter l’objectif de l’Accord de Paris de limiter à moins de 2 degrés la hausse de la température mondiale moyenne, selon les auteurs de l’étude.
Actuellement, les forêts tropicales représentent 50% des capacités mondiales de l’absorption de carbone (par des techniques de séquestration), mais approchent de la saturation, face notamment à l’augmentation des émissions d’origine humaine. La capacité des forêts à capter le CO2 dans l’atmosphère par la photosynthèse est aussi entamée par la disparition d’arbres, pour cause d’incendie, de sécheresse ou de déforestation.
Cette capacité chute bien plus vite en Amazonie que dans les forêts d’Afrique subsaharienne.
Une équipe de dizaines de chercheurs, en Europe et en Afrique, a suivi la croissance des arbres et leur mortalité sur 50 ans dans des forêts tropicales africaines et comparé ces données à des informations similaires sur la forêt amazonienne.
Conclusion: si certaines forêts ont grandi plus vite, dopées par le carbone dans l’atmosphère, ces maigres gains sont effacés par les sécheresses et les pics de température.
En extrapolant ces données sur les 20 prochaines années, selon cette étude, la capacité des forêts africaines à absorber le carbone va décliner de 14% d’ici à 2030, et celle de l’Amazonie tomber à zéro avant 2035. “Cette baisse est en avance de dizaines d’années sur les prédictions les plus pessimistes”, souligne Wannes Hubau, un expert des écosystèmes forestiers au Musée royal de l’Afrique centrale, à Bruxelles.
“La mortalité est une étape naturelle du cycle de la vie des arbres de forêt. Mais en pompant autant de CO2 dans l’air, nous avons accéléré ce cycle”, a-t-il déclaré à l’AFP.
Plusieurs des scénarios envisagés par l’Accord de Paris sur le climat partent du principe que les forêts vont continuer d’absorber le CO2 sur le long terme.
Plusieurs pays ont annoncé des projets pour planter plus d’arbres, tout comme de grands groupes industriels qui comptent ainsi compenser leurs émissions.

Mercredi 11 Mars 2020

Lu 783 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 17 Septembre 2020 - 17:55 Oubliez les boissons gazeuses !

Dimanche 13 Septembre 2020 - 18:00 Des mammouths sous l’aéroport de Mexico