Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les favoris se lâchent à Flushing Meadows




Les favoris se lâchent à Flushing Meadows
Le N.1 mondial Rafael Nadal et son homologue féminine Karolina Pliskova n'ont pas fait de détail lundi et décroché facilement leur billet pour les quarts de finale de l'US Open.
Accroché pendant quatre sets lors de ses deux précédents matches, Nadal n'a laissé que sept jeux à son adversaire des 8e de finale, l'Ukrainien Alexandr Dolgopolov (64e mondial), qu'il a battu 6-2, 6-4, 6-1 en 1 h 41 min de jeu.
Autre signe de son renouveau, le Majorquin a atteint les quarts de finale de trois des quatre rendez-vous majeurs de l'année, une première depuis 2011.
Nadal se rapproche d'une demi-finale très attendue contre son grand rival, Roger Federer. Avant ce duel qui serait inédit à New York et qui est présenté comme une finale avant la lettre par beaucoup, il lui faudra battre en quarts de finale le Russe Andrey Rublev. Celui-ci, 53e mondial âgé de 19 ans, a éliminé avec une belle autorité le Belge David Goffin, 14e, en trois sets 7-5, 7-6 (7/5), 6-3, pour gagner le droit de disputer son premier quart en Grand Chelem.
Le Suisse Roger Federer, N.3 mondial et grand favori du tournoi, s'est, lui aussi, qualifié pour les quarts de finale de l'US Open en battant l'Allemand Philipp Kohlschreiber, 37e au classement ATP, 6-4, 6-2, 7-5. Le Suisse, sacré à cinq reprises à New York entre 2004 et 2008, a signé sa 12e victoire en autant de confrontations avec Kohlschreiber.
Au prochain tour, Federer, en quête à 36 ans de son 20e titre du Grand Chelem, sera opposé à l'Argentin Juan Martin del Potro, 28e mondial. Ce dernier, malade et au bord de la défaite après avoir sèchement perdu les deux premiers sets, a réussi à renverser l'Autrichien Dominic Thiem au terme d'un 8e de finale de l'US Open spectaculaire et épique, après trois heures et 35 minutes de jeu et cinq sets 1-6, 2-6, 6-1, 7-6 (7/1), 6-4. Il est longuement resté les bras en croix et la tête tournée vers le ciel, au milieu du terrain. Puis il a fini par regagner son siège, épuisé, soulagé et incrédule.
"Je n'oublierai jamais ce match", a lancé Del Potro en espagnol à l'imposante et bruyante colonie argentine du Grandstand. Del Potro a offert un match d'une rare intensité et spectaculaire à un US Open 2017 jusque-là décevant, dominé par l'émergence d'improbables prétendants au titre.
Le géant argentin, très populaire à Flushing Meadows depuis son titre en 2009, est revenu de loin: après seulement trois jeux, il a fait appel au médecin du tournoi et a même songé à jeter l'éponge.

Mercredi 6 Septembre 2017

Lu 162 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 19 Septembre 2020 - 19:45 Rude épreuve doukkalie pour le Raja et le Wydad

Vendredi 18 Septembre 2020 - 19:59 La Juve en quête d' un 10ème titre de suite

Vendredi 18 Septembre 2020 - 14:00 Roland-Garros rattrapé par la réalité du Covid-19