Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les dauphins sauvages plus malades que ceux en captivité




Les dauphins sauvages sont plus exposés à des polluants et davantage malades que les dauphins vivant en captivité, révèle une étude américaine, suscitant des craintes quant à la qualité des eaux des océans et la santé de ces cétacés à long terme.
L'étude, publiée récemment dans la revue américaine Plos One, a comparé des dauphins vivant au large des côtes de Floride et de la Caroline du Sud à deux autres populations dans des aquariums, ou d'autres habitats contrôlés, en Géorgie et en Californie.
Moins de 50% des dauphins sauvages étaient "cliniquement normaux" et beaucoup souffraient d'inflammations chroniques, signe que leur organisme combattait des maladies.
"Cela s'explique par leur contact avec des pathogènes, des parasites et des polluants dans l'océan qui sont absents dans les aquariums", précise Patricia Fair, professeure à la faculté de médecine de l'Université de Caroline du Sud et principale auteure de cette étude.
Chez l'homme, ce type de réponse immunitaire chronique est lié à des cancers, des pathologies cardiovasculaires et une plus grande vulnérabilité aux maladies infectieuses.
Gregory Bossart, vétérinaire en chef de l'aquarium de Géorgie, à Atlanta, co-auteur de ces travaux, a étudié depuis 2003 la santé de plus de 360 dauphins dans la lagune de l'Indian River, en Floride et sur la côte près de Charleston, en Caroline du Sud.
Sur cette période, il a pu observer "l'apparition de maladies infectieuses, de tumeurs, d'infection bactérienne résistantes aux antibiotiques et des niveaux alarmants de contaminants dans les deux populations de dauphins en liberté", indique l'étude.
Les dauphins sont de grands prédateurs, au sommet de la chaîne alimentaire, et accumulent toutes les toxines ingérées par leurs proies.
Ceux qui vivent dans la lagune de l'Indian River avaient ainsi de fortes concentrations de mercure dans le corps.
En Caroline du Sud, les dauphins sauvages étudiés avaient des niveaux élevés de substances chimiques organiques provenant probablement de sources industrielles.
De précédentes recherches avaient mis en évidence des maladies fongiques et l'émergence de nouveaux virus qui pourraient être potentiellement pathogènes pour les humains, avertissent aussi ces scientifiques.
Les dauphins en captivité dans l'aquarium d'Atlanta et dans le Centre des systèmes de combat spatial et naval (SPAWAR) à San Diego présentaient nettement moins d'inflammations chroniques.

Mercredi 10 Mai 2017

Lu 665 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Mots Croisés