Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les chinois intéressés par Southampton et Nancy




Le conglomérat chinois Lander Sports Development est actuellement en discussions pour le rachat du club anglais de Southampton, annonce mardi la chaîne de télévision Bloomberg, spécialisée dans la finance.
Le conglomérat chinois Lander Sports Development est actuellement en discussions pour le rachat du club de Premier League pour un montant pouvant s'élever à 200 millions de livres (222 millions d'euros), selon Bloomberg qui cite des personnes proches du dossier.
Les investisseurs venus de Chine ont fait ces derniers mois une arrivée fracassante dans le monde du football britannique, rachetant West Bromwich (Premier League), Aston Villa (Championship, 2e division anglaise) et Wolverhampton (Championship).
Ces rachats sont pour ces entreprises un moyen de se diversifier face au ralentissement de secteurs traditionnels de croissance, comme l'immobilier. Elles ont également le désir de plaire au président chinois Xi Jinping, fan de football et initiateur d'un ambitieux plan de développement pour ce sport en Chine.
Sixième la dernière saison de la Premier League, Southampton, entraîné par le Français Claude Puel, occupe actuellement la 9e place du championnat juste derrière Manchester United.
Le président de Lander, Gao Jisheng, est un ex-soldat et homme politique, qui s'est lancé dans le courant des années 90 dans le lucratif marché immobilier.
Par ailleurs, Jacques Rousselot, le président de Nancy, a confirmé mercredi la vente imminente de son club à des investisseurs chinois ambitieux qui visent la Ligue des champions à court terme.
"Leur objectif c'est d'être en Champion's League dans trois ou quatre ans, c'est la raison pour laquelle je crois en ce groupe (...) Les budgets futurs tourneront autour de 100-120 millions d'euros. On passe dans une autre dimension", a-t-il déclaré à la station de radio RTL.
L'ASNL, que M. Rousselot préside depuis 1994, devrait être rachetée rapidement par un conglomérat d'investisseurs étrangers à majorité chinoise.
"Ces gens-là veulent faire de Nancy une des places fortes du football français. C'est la raison pour laquelle il faut faire abstraction de sa personnalité pour donner un autre souffle à l'ASNL", a ajouté l'actionnaire majoritaire nancéien.
Les futurs repreneurs ont jusqu'au 15 novembre pour verser les fonds nécessaires au rachat de la formation lorraine, sans quoi le compromis de vente déjà signé serait caduc.
Nancy, 19e du Championnat de France, avait retrouvé l'élite cet été après trois saisons en D2.
Depuis quelques mois, plusieurs clubs de l'Hexagone sont déjà passés sous pavillon chinois comme Sochaux (D2) et Auxerre (D2), tandis que d'autres comme Lyon (D1) ou Nice (D1) ont accueilli des investisseurs chinois au sein de leur actionnariat.

Vendredi 4 Novembre 2016

Lu 257 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés