Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les autorités américaines renforcent la lutte contre la cigarette électronique




Les autorités américaines renforcent la lutte contre la cigarette électronique
Le directeur général de la santé publique aux Etats-Unis a recommandé mardi des mesures "incisives" contre la cigarette électronique, dont l'usage en pleine expansion chez les jeunes menace leur santé et notamment leur développement cérébral.
"Nous devons prendre des mesures incisives afin de protéger nos enfants de ces produits très puissants qui risquent d'exposer à la nicotine une nouvelle génération de jeunes gens", met en garde Jerome Adams dans une rare recommandation de santé publique.
"Les cigarettes électroniques ne sont pas sans danger", ajoute-t-il, soulignant que "l'exposition à la nicotine au cours de l'adolescence (pouvait) entraver le développement du cerveau, qui continue de se développer jusqu'à l'âge de 25 ans environ".
Le responsable de la santé publique américaine n'avait émis depuis sa prise de fonctions, il y a 16 mois, qu'une seule recommandation similaire, en avril. Il avait alors encouragé la population, face à la grave crise des opiacés que connaît le pays, à se munir de naloxone, un antidote aux overdoses.
Le nombre de jeunes s'adonnant au vapotage a atteint des niveaux records aux Etats-Unis.
L'usage de la cigarette électronique a ainsi augmenté l'an passé de 78% parmi les lycéens, dont un sur cinq reconnaît maintenant utiliser des appareils destinés à inhaler des vapeurs de nicotine liquide, souvent parfumée et hautement addictive.
Au total, plus de 3,6 millions de jeunes Américains consomment aujourd'hui des cigarettes électroniques.
Elles ont fait autour de 2007 leur apparition sur le marché américain et sont depuis 2014 les produits à base de tabac les plus utilisés chez les jeunes à travers le pays.
Des études ont montré qu'elles contenaient, pour les adultes, moins de substances nocives que les cigarettes traditionnelles et qu'elles pouvaient aider les fumeurs à s'en éloigner. "Mais nous ne pouvons pas les laisser faire tomber les jeunes Américains dans le piège de l'addiction", a déclaré à des journalistes Alex Azar, secrétaire d'Etat américain à la Santé et aux Services sociaux, évoquant un "défi sans précédent" pour les autorités.
Pour Jerome Adams, de nombreux jeunes estiment que le vapotage ne présente pas de danger: "Même mon fils de 14 ans pensait que ce n'était que de la vapeur d'eau inoffensive. Mais nous savons que c'est un mythe".
"Bien que les cigarettes électroniques contiennent moins de substances toxiques que les produits combustibles, elles peuvent exposer leurs utilisateurs, en plus de la nicotine, à des substances chimiques dangereuses (...) dont des métaux lourds, des composés organiques volatiles et des particules ultrafines pouvant être inhalées à pleins poumons", prévient-il dans sa recommandation de santé publique.

Jeudi 27 Décembre 2018

Lu 678 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif