Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le mariage des mineures, une violence sociale et une violation des droits de l’Homme

La Fondation Ytto revient à la charge




 La Fondation Ytto pour l’hébergement et la réhabilitation des femmes victimes de violence a présenté mardi à Casablanca le bilan de la caravane sociale «Chama Yakoute» qu’elle a organisée du 23 juillet au 4 août derniers dans les régions de Chefchaouen et Tétouan.
Au début de la conférence de presse organisée en l’occasion et à laquelle ont pris part des représentants de l’ambassade des Pays-Bas et du Fonds pour les femmes en Méditerranée, la présidente de cette Fondation, Najat Ikhich, a affirmé que la présentation de ce rapport coïncidait avec la Journée internationale des droits de l’Homme. «C’est la meilleure occasion pour parler des droits humains des femmes», a-t-elle expliqué.
Près de 60 jeunes volontaires ont pris part à cette caravane sociale : des avocats, des médecins, des artistes, des journalistes et des étudiants.
«Durant les 12 jours de la caravane, les acteurs associatifs sont entrés en contact avec les habitants des douars visités à travers différentes opérations, à savoir les consultations médicales et juridiques, les activités théâtrales et artistiques et les enquêtes sociales effectuées à domicile», a précisé un communiqué de presse distribué au début de cette rencontre.
La même source a souligné que 22 douars et 1.500 familles ont bénéficié des services de cette caravane sociale. C’est-à-dire que «13.000 personnes ont bénéficié soit de la distribution des médicaments et des habits, soit de la campagne de sensibilisation et d’orientation juridique». Et la même source d’ajouter que ces personnes ont bénéficié également «des ateliers artistiques et des pièces de théâtre qui ont eu lieu dans les souks hebdomadaires et dont le thème principal était le mariage des mineures».
La Fondation a également présenté au cours de cette conférence les conclusions de cette caravane. D’autant que le mariage des mineures constitue en soi une violence sociale et économique et une violation des droits de l’Homme.
La Fondation a évoqué un autre problème dont souffrent les habitants des douars visités. En l’occurrence l’abandon scolaire à la fin du cycle primaire à cause de l’absence d’internats et de transport scolaire, de l’état de délabrement des équipements des internats et du coût prohibitif que certains d’entre eux affichent (2.500 DH par élève).
L’autre conclusion tirée de cette caravane a trait au taux élevé d’analphabétisme tant chez les femmes que parmi les hommes de ces régions et qui avoisine les 80%. Néanmoins, «les habitants ont la soif d’apprendre et d’étudier et lancent un appel aux personnes concernées pour prendre les mesures nécessaires», précise la Fondation.
Son rapport souligne également l’absence d’établissements de santé dans certaines communes rurales visitées «alors que dans la loi, il est stipulé qu’un centre hospitalier doit être réservé à chaque 4.000 habitants». Ledit document précise que certains dispensaires se trouvent dans un état «catastrophique» et que les membres de la Fondation ont noté que plusieurs enfants sont atteins de maladies dues essentiellement à l’absence de vaccination et relevé la gravité du «phénomène du décès des mères pendant l’accouchement».
Pour rappel, la Fondation Ytto pour l’hébergement et la réhabilitation des femmes victimes de violence a vu le jour en 2004 et se fixe pour objectifs, entre autres, de lutter contre toutes les formes de violence faite aux femmes, de sensibiliser la société sur ces questions, de briser le silence autour de la violence et les mauvais traitements dont sont victimes les femmes, de réinsérer sur le plan socioéconomique la femme victime de violence en la dotant de moyens à même de lui permettre de gagner sa vie.

 

T. Mourad
Jeudi 14 Décembre 2017

Lu 1114 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés