Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le SIAM 2018, un cru aussi exhaustif que particulier

Le pôle international, à lui seul, propose une variété impressionnante de produits exposés par des sociétés venues des quatre coins du monde.




Impériale a été l’ouverture du Salon international de l'agriculture au Maroc (SIAM) dans sa 13ème édition. Tout d’abord au regard de son placement sous l’égide du Prince Héritier Moulay El Hassan, mais également à la lumière de son importance adossée à sa ville d’accueil, Meknès.
Classée patrimoine de l’humanité par l’Unesco depuis 1966, la cité d’environ un million d’âmes, troisième plus grande ville du Royaume, est surtout connue pour son attrait touristique, mais la tenue du SIAM en son sein souligne également les fort atouts agricoles dont elle est pourvue, notamment à la lumière de la superficie cultivée qui caractérise la région et s’élève à 340.826 ha dont 13,7% irrigués, débouchant sur une chaîne agricole principalement constituée de céréales, d’olives, ainsi que de rosacées, d’élevage et d’oignons. Et puis, on ne saurait oublier les ressources hydriques souterraines et terrestres dont elle est dotée. D’ailleurs, les professionnels auxquels est réservé le SIAM jusqu’au 27 avril, avant de voir débarquer le grand public (27 au 29 avril), n’ont pas mis longtemps à s’en rendre compte, puisqu’au moment où les portes du Salon ont été ouvertes, le ciel en a fait de même avec les siennes.
En plus du meuglement des vaches, du hennissement des cheveux ou encore des chameaux qui blatèrent, la pluie qui tombait dru a fini par dessiner un beau tableau fermier et boueux. Il suffisait de fermer les yeux pour être transporté en rase campagne par le cocktail olfactif, produit de l’alchimie entre la terre mixée aux gouttes de pluie et au foin brouté par les différentes races du «Pôle Élevage », lequel brillera cette année, à l’instar des précédentes éditions, par son traditionnel concours.
De prime abord, il est facile de tomber dans l’amalgame qui définit le SIAM comme une ferme géante, mais en réalité, il est bien plus que cela. Car, cette année, le ministère de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, garant de son organisation, a particulièrement tenu à faire dans l’exhaustivité et la surface de 180.000 m2 dont 87.000 couverts qui accueille le Salon et des opportunités pour les 1400 exposants, originaires de 70 pays.
La richesse recherchée par les organisateurs, cette année et plus que jamais, se ressent instantanément dès qu’on y pénètre.  Pour preuve, choisir une destination entre les neuf grands pôles à savoir : « Pôle Régions », « Pôle Sponsors et Institutionnels», «Pôle International», «Pôle Agro-fournitures», «Pôle Nature et Vie», «Pôle Produits», «Pôle Produits du Terroir», «Pôle Élevage» et «Pôle Machinisme », s’est avéré un véritable dilemme. On ne serait pas surpris si cette diversité finit par causer des torticolis, à force de ne plus savoir ou donner de la tête, tant l’esthétique visuelle a été soignée pour tous.
Le pôle international à lui seul propose une variété impressionnante de produits exposés par des sociétés venues des quatre coins du monde. On pouvait y rencontrer, pêle-mêle, des Belges offrant des solutions de panneaux solaires révolutionnaires, ou un peu plus loin, une doctorante en biologie tunisienne, vantant les bienfaits du miel, cultivé dans sa région montagnarde. Il y avait aussi la notable présence d’une multitude de sociétés fournissant des solutions écologiques d’irrigation. Une aubaine alors que le Maroc fait partie du Top 20 des pays les plus touchés par le stress hydrique, avec seulement 500 m3 d'eau par habitant et par an, contre 2.500 m3 en 1960.
Aussi, pouvait-on  découvrir des stands d’un tout autre genre, visant à promouvoir les capacités économiques et agricoles de pays méconnus, tel que le Turkestan, mais encore la Biélorussie, confirmant de ce fait l’image véhiculée du SIAM de par le monde comme étant un hub international par excellence.
Justement, si le monde est à l’honneur lors de cette édition, le Maroc et ses régions le sont tout autant. Mues par la chance de bénéficier d’un pôle en entier, les 12 régions du pays ne lésinent pas quand il s’agit de mettre en avant leurs spécificités agricoles. A la manière d’échoppe, chacune d’entre elles réserve aux visiteurs une découverte complète des produits du terroir. Fruits, légumes, tout y passe et sans exception.
Le moins que l’on puisse dire est que les 850.000 visiteurs attendus ne seront pas déçus, d’autant plus qu’ils auront également l’occasion d’échanger avec des représentants affiliés à certaines fédérations, dont on peut citer la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole (FISA).
Une autre présence attire l’attention, celle de l’Université Moulay Ismail de Meknès. Cette participation incluse dans le cadre d’une stratégie d’ouverture au milieu socio-économique du pays en général et meknassi en particulier, a comme point d’orgue la promotion d’un Master en protection des plantes et biotechnologie.   
En additionnant à cela 30 conférences et des ateliers B2B assurant plus de 200 mises en relation, ainsi que 393 coopératives choisies dans un vivier de 750 demandes formulées, on peut affirmer sans risquer de se tromper que le SIAM de cette année propose un cru particulier.

Meknes - DNES Chaabi Chady
Jeudi 26 Avril 2018

Lu 645 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés