Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Pacte mondial de la migration finalisé


Coordination maroco-mexicaine pour faire entendre la voix des pays du Sud



«Le Maroc et le Mexique ont joué un rôle important dans les négociations du Pacte mondial sur la migration. Ils ont été la voix de la société civile. Omar Hilale, ambassadeur représentant permanant du Maroc auprès de l’ONU et Driss El Azami, président du CNDH, ont, en effet, représenté les pays du Sud qui sont émetteurs de migrants ». C’est ainsi qu’une source  proche de dossier a commenté sous couvert de l’anonymat, le travail mené par les négociateurs marocains  lors de la discussion de ce Pacte finalisé vendredi dernier et qui sera formellement adopté à Marrakech les 10 et 11 décembre prochain.
« Je dois dire que nous sommes revenus de loin puisque les négociations ont pris d’autres tournants et grâce au travail du Maroc et du Mexique, les pays du Sud ont réussi à imposer certains principes tel celui afférent au problème de la tutelle dans la kafala. Le Royaume a proposé de confier la tutelle aux institutions et non aux personnes», a révélé notre source.  Et d’ajouter : « Ce travail a été effectué grâce à une coordination efficiente entre la société civile, le CNDH, le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale et l’ambassadrice du Mexique au Maroc».  Pourtant, notre source a tenu à préciser que plusieurs revendications des pays du Sud portées par le Maroc et le Mexique sont restées lettre morte à cause de la réticence des pays du Nord dont l’Allemagne. « Il y a plusieurs points qui ont fait l’objet de désaccords entre les parties en négociation.  Les pays du Nord ont refusé d’accorder tous les droits aux migrants réguliers comme irréguliers. C’est le cas également pour la question de la rétention qui demeure un dispositif central pour les pays du Nord. Le sujet de la gestion des frontières et des aspects sécuritaires a induit également plusieurs divergences», nous a indiqué notre source. 
Des discordances révélées  par le représentant du Maroc à l’ONU qui a appelé à préserver le texte du Pacte jusqu’à son adoption en décembre prochain à Marrakech. «Aujourd’hui, nous avons scellé le texte du Pacte et nous devons, à tout prix, le garder tel qu’il est. Ce Pacte ne devra pas être victime de divergences, ni de problèmes politiques internes au niveau national », a-t-il plaidé   vendredi dernier à New York avant d’ajouter:    « Nous sommes tous appelés à promouvoir ce Pacte dans nos pays respectifs. Il est de notre devoir collectif et individuel de garantir la pleine adhésion de nos autorités nationales et de tous les acteurs concernés, notamment la société civile et les migrants eux-mêmes ».
En fait, l’adhésion de tous n’est pas garantie. Tel est le cas de plusieurs composantes de la société civile marocaine qui demeurent sceptiques à propos des véritables intentions des pays du Nord. «Nous ne savons pas si l’objectif de ce Pacte sera de réguler ou plutôt de sécuriser et nous ne savons pas non plus à quoi sert l’élaboration d’autres textes alors que des dispositifs plus avancés sur les droits des migrants existent déjà comme  la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille qui n’a pas été  adoptée par les pays du Nord », nous a affirmé Younes Foudil, coordinateur de la «Plateforme papiers pour tous » qui demeure pessimiste concernant l’avenir dudit Pacte.  «Les politiques migratoires en cours en Europe et aux Etats-Unis en disent long sur le sort de ce Pacte. Aujourd’hui, les pays du Nord défendent farouchement leurs frontières et mettent la pression sur les pays du Sud comme en attestent le débat suscité dernièrement sur l’édification hors UE de Centres de rétention des migrants et les fonds importants alloués à l’Afrique pour tarir les flux des migrants», nous a-t-il affirmé. Et de conclure : «On est loin d’un Pacte équilibré et respectueux des droits de l’Homme». 
          

Hassan Bentaleb
Lundi 16 Juillet 2018

Lu 1049 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés