Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Cameroun déchu : L'échec Seedorf




Le Cameroun a abandonné sa couronne dès les 8es de la CAN, éliminé par le Nigeria (3-2), samedi à Alexandrie. Fragilisé par les choix de Seedorf, inefficace en attaque, le pays a deux ans pour se reconstruire avant d'accueillir la prochaine édition.
Pour Clarence Seedorf, ce match face aux Super Eagles constituait son premier test comme sélectionneur des Lions indomptables, moins d'un an après sa nomination. Après la défaite, son horizon ne semble plus ancré à ce poste.
"Peut-être qu'on va attendre quelques jours (pour décider). Mon futur n'est pas important. Ce qui est important, c'est ce qu'on a construit ensemble. Nous avons progressé dans beaucoup de domaines, sur le terrain et en dehors", a assuré le Néerlandais.
L'ancienne gloire de l'Ajax, en sursis, est partie sur les bases de ses précédentes expériences de coach: après deux passages de six mois à l'AC Milan, son ancien club, et en Chine, et une relégation en Espagne, Seedorf n'a toujours pas convaincu dans ses nouvelles fonctions.
Les journalistes camerounais s'interrogent toujours sur sa "patte", le style qu'il veut imposer aux joueurs. C'est en attaque, où il a tenté sans succès plusieurs options, que l'absence d'identité a été la plus criante.
Quatre matches, quatre combinaisons offensives différentes. Face au Nigeria, Seedorf a tenté un nouveau coup tactique en laissant sur le banc Karl Toko-Ekambi, titulaire à chaque fois jusque-là. Mais si le Cameroun a enfin marqué, après deux 0-0, c'est derrière que les problèmes se sont accumulés.
Le remplacement de Georges Mandjeck par Zambo Anguissa comme récupérateur a été suivi par deux buts express des Super Eagles pour passer de 1-2 à 3-2. Face à une meilleure attaque que le Bénin ou la Guinée-Bissau, la défense a pris l'eau à l'image du central Yaya Banana.
Sans plusieurs arrêts d'André Onana, présenté comme le meilleur gardien du tournoi après sa bonne saison avec l'Ajax, le score aurait pu être plus sévère.
Ni dangereuse offensivement, ni imperméable défensivement, il est difficile de cerner l'empreinte de l'équipe d'Eric Maxim Choupo-Moting.
Au sommet en 2017, éliminé dès les 8es en 2019, le Cameroun a deux ans pour se reconstruire pour 2021, quand le pays accueillera le tournoi. "Nous devons continuer à bâtir pour le futur", a concédé Seedorf.
Avec quelle équipe? La future promotion des Lions indomptables devrait s'articuler autour d'Onana, son élève le plus talentueux. Les attaquants Vincent Aboubakar et Benjamin Moukandjo, champions en 2017 au Gabon, pourraient aussi revenir.
Karl Toko-Ekambi, Stéphane Bahoken, Eric Maxim Choupo-Moting ou Zambo Anguissa et Mandjeck pourraient aussi faire partie des cadres pour cette nouvelle mission. Mais aujourd'hui, le dossier le plus brûlant concerne le nom de l'entraîneur.

Mardi 9 Juillet 2019

Lu 786 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com