Libération




Facebook
Rss
Twitter









Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La nature remercie le confinement





La nature remercie le confinement
Au Brésil, une espèce de tortue en voie de disparition et observée à de rares occasions par le passé, a profité de l’absence des humains sur les plages pour y pondre ses œufs. Les oiseaux se sont remis à chanter dans les grandes villes et la pollution a baissé de manière drastique. En conséquence, la couche d’ozone est en rémission. A toute chose malheur est bon. Si la nature pouvait parler, elle remercierait chaleureusement le confinement dû à la crise de la Covid-19. Le silence qui s’est installé dans nos rues n’a pas eu pour unique effet de nous faire reposer les tampons du brouhaha des klaxons. Il a aussi permis à la nature de se réapproprier les espaces que les humains lui ont spoliés, avec en prime, un immense impact sur l’environnement. Inspirer un grand bol d’air sur le balcon est redevenu un plaisir depuis que l’odeur âcre de la pollution s’est évaporée. Le confinement n’est évidemment pas tous les jours rigolo. Pour beaucoup, c’est même une expérience douloureuse à vivre, contrairement à la nature qui n’a pas tardé à en tirer profit

Libé
Vendredi 1 Janvier 2021

Lu 442 fois

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 1 Janvier 2021 - 02:10 Des vaccins, une lueur d’ espoir

Vendredi 1 Janvier 2021 - 02:07 Biden évince Trump

Vendredi 1 Janvier 2021 - 02:01 Explosion à Beyrouth