Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La course Eurafrica Trail débarque au Maroc pour unir les deux continents




Environ 600 participants à la compétition sportive de haut niveau Eurafrica trail débarqueront au Maroc. Il s'agit de la troisième étape de cette course à pied en longue distance et en milieu naturel, qui se déroule entre les continents européen et africain. Eurafrica trail se veut non seulement une course mais également une expérience unique visant à rapprocher les deux continents à travers les valeurs de solidarité et de partage, promettent les organisateurs de cette compétition sportive. “Après deux éditions à Chaouen, nous avons décidé d’effectuer cette épreuve à Jbel Moussa à Belyounech. C’est un site chargé de symboles et qui revêt une importance spéciale pour nous car notre emblème c’est la pierre d’Hercules soutenue par deux colonnes celles de Jbel Tarik et de Jbel Moussa”, déclare à la MAP, Antonio Calle, l’un des organisateurs de la rencontre. Au Maroc, les coureurs vont se frotter à un parcours de 25 km entre les montagnes verdoyantes de Belyounech.
L'étape marocaine, considérée des plus exigeantes au niveau technique, fait partie du circuit qui a démarré le 30 octobre à Algésiras, avant de se poursuivre à Gibraltar pour enfin atterrir au Royaume.
Outre le volet compétition et challenge, les participants découvriront les charmes de cette région du Maroc. De ce fait, et selon les organisateurs, la compétition se déroule dans la biosphère intercontinental de la Méditerranée, un espace protégé entre les deux continents européen et africain et reconnu par l'UNESCO.
“Le choix du Maroc répond à la perfection à cet esprit que nous véhiculons, celui d'être un trait d’union entre deux continents. EurafricaTrail s’est aussi un vecteur d’échanges culturels, de solidarité et de partage avec les habitants des régions visitées ”, affirme M.Calle.
Eurafrica Trail offre également l'occasion de découvrir les attraits culturels et touristiques de la région. A ce sujet, les organisateurs ont programmé une escapade culturelle à la ville du Détroit suivie d'une découverte du parc naturel de Belyounech. "Nous avons organisé durant deux années successives, la troisième étape à Chaouen. Les participants qui venaient de divers horizons ont été agréablement surpris par la richesse et la diversité de ce site, la beauté éblouissante des paysages et l'abondance de l'eau. Bon nombre de participants avaient en tête une idée erronée sur le Maroc et croyaient que son milieu naturel est aride et austère. D'où l’importance d'événements de ce genre”, soulignent  les organisateurs. Le respect de l’environnement figure aussi parmi les priorités des coureurs. Ces derniers accordent une grande importance à la préservation et la valorisation de l’environnement, un esprit que reflète le slogan de la compétition, “Le marcheur ne laisse pas de traces”. Lancée en octobre en 2014, cette course de montagne entre deux continents qui attire chaque année de plus en plus de participants, est devenue intercontinentale en 2016.

Samedi 3 Novembre 2018

Lu 593 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 27 Septembre 2020 - 18:00 La FRMF arrête le programme des dernières journées