Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La RSB enfin sacrée

Après deux échecs en finale, Berkane a remporté la Coupe du Trône dans la douleur




Décidément, ce fut un week-end footballistique placé sous le signe des premières. Moins de 48h après la victoire historique du Maroc sur le Cameroun, la Renaissance Sportive de Berkane a enfin réussi à mettre la main sur la Coupe du Trône. Ce trophée qui lui avait échappé de peu par deux fois dans le passé (1987 et 2014).
Il serait erroné de croire que cette victoire fut aisée. Bien au contraire. A vrai dire, elle a été acquise dans la douleur. Et pour cause, le Wydad de Fès, finaliste malheureux, n’a pas démérité. En effet, excepté un premier acte dominé outrageusement par les Berkanis, et donc ennuyeux à souhait, le reste de cette 62ème finale de la Coupe du Trône a été passionnant et disputé, en dépit de l’écart entre les deux équipes.
Tout s’est emballé au retour des vestiaires. La défense du WAF, héroïque en première mi-temps, n’a pas su ou pu résister à l’étreinte grandissante de la RSB, symbolisée par une flopée de centres. Peu avant l’heure de jeu (57’) l’un deux a trouvé preneur, en la personne de Mohammed Farhane. A cet instant, on doit vous avouer que l’on ne donnait pas cher la peau des Fassis. On pensait qu’ils allaient baisser les bras et s’effondrer. Mais c’était sans compter sur l’orgueil et la capacité de réaction des hommes de Hassan Ouagni, déjà entrevues en demi-finale contre le Raja de Casablanca. Ainsi, moins de trois minutes après l’ouverture du score berkani, le capitaine du WAF, Aly Diouf Mamadou, profitait d’un manque de concentration flagrant de la défense adverse pour égaliser.
En surfant sur leur euphorie, les Fassis ont réussi à prendre l’avantage par l’intermédiaire d’Omar Jerrari, suite à un coup franc dévié par le mur de Berkane, à 13 minutes de la fin du temps réglementaire. 13 minutes qui ont dû paraître une éternité pour le WAF, et brèves comme jamais pour la RSB. Staff, supporters et toutes les composantes du WAF croyaient ferme en l’exploit du Petit Poucet, avant que le ciel ne leur tombe sur la tête, suite à l’égalisation de Laarbi Naji, in-extremis, au bout du bout des arrêts de jeu. Deux partout, balle au centre.
Aux prolongations, il paraissait évident que les deux Onze jouaient plus pour défendre que pour attaquer. Logiquement, l’heure de la loterie des penaltys a fini par sonner. Une séance de tirs au but à rebondissements, mais qui in fine, n’a pas souri au WAF. Elle aura plutôt consacré la RSB pour la première fois de son histoire.

C.C
Mardi 20 Novembre 2018

Lu 638 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 19 Septembre 2020 - 19:45 Rude épreuve doukkalie pour le Raja et le Wydad

Vendredi 18 Septembre 2020 - 19:59 La Juve en quête d' un 10ème titre de suite

Vendredi 18 Septembre 2020 - 14:00 Roland-Garros rattrapé par la réalité du Covid-19