Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Fifa attend des recettes record malgré le Covid-19


Libé
Vendredi 1 Avril 2022

Les finances du ballon rond tournent à plein: la Fifa est en passe d'engranger des revenus record grâce à la Coupe du monde au Qatar (21 nov.-18 déc.) et se dirige vers un boom financier à long terme grâce au numérique.

Lors de son congrès annuel jeudi dans la capitale qatarie Doha, l'instance dirigeante du foot mondial a annoncé qu'elle était "en bonne voie pour dépasser son objectif de recettes prévues de 6,44 milliards de dollars" pour le cycle 2019-2022 et qu'elle se dirigeait vers la barre symbolique des 7 milliards de dollars (6,3 mds EUR) sur la période.

En effet, malgré la pandémie de coronavirus qui a réduit les recettes à 266 millions de dollars en 2020, elle avait déjà réalisé 6,11 milliards de dollars de recettes à la fin de l'année dernière. "La position financière de l'organisation reste saine et robuste avec des réserves suffisantes", indiquent les comptes de l'instance.

Les finances sont si bonnes que la Fifa a dépensé plus d'un milliard de dollars en mesures de lutte contre les effets de la pandémie dans le football et a tout de même augmenté ses réserves de liquidités de 21%, pour atteindre 5,49 milliards de dollars.

En 2021, l'instance, dont les exercices financiers courent sur quatre ans entre les Coupes du monde, a déclaré des revenus de 766 millions de dollars. La majeure partie de cette somme provient des revenus télévisuels et du marketing pour le prochain tournoi au Qatar, qui ont augmenté depuis la dernière Coupe du monde en Russie en 2018, et la Fifa s'attend à ce que "les droits de diffusion télévisuelle établissent un nouveau record" d'ici à la fin de l'année.

Pas de surprise pour Simon Chadwick, professeur d'économie du sport à l'EM Lyon Business School, pour qui il a toujours été probable que la pandémie rende "les sports riches plus riches et les pauvres plus pauvres". "Des organisations telles que la FIFA ont les ressources et la résilience organisationnelle nécessaires pour résister aux pires effets du Covid", a-t-il ajouté.

"Deuxièmement, les sponsors et les diffuseurs ont cherché des refuges pendant la tempête Covid -- c'est-à-dire des propriétés dont la stabilité, la valeur commerciale et la présence durables ont été prouvées." La Coupe du monde de football "touche de multiples publics cibles" et est plus globale que des sports rivaux comme le cricket ou le football américain. La FIFA s'oriente vers l'esport et d'autres nouvelles plates-formes numériques, et M. Chadwick estime que "les perspectives de la FIFA en matière de génération de revenus sont encore très prometteuses."

"Ajoutez à cela l'actuelle frénésie des NFT, des crypto-monnaies et des métavers, et la FIFA -- comme beaucoup d'autres acteurs du football -- anticipe une manne de revenus qui la soutiendra à moyen et long terme."

Reste selon lui un écueil dans les nouvelles sources de développement des revenus de la Russie: "La FIFA a travaillé dur pour élargir sa base, par exemple en faisant appel à des sponsors de pays où les normes de gouvernance et les niveaux de contrôle sont quelque peu différents de ceux de l'Europe, par exemple.

Pour que la FIFA regagne complètement la confiance de certaines parties prenantes, il y a donc encore du travail à faire." Il a ajouté que l'instance mondiale devait "veiller à ne pas devenir arrogante, paresseuse ou négligente dans sa quête de nouveaux revenus, et à ne pas se laisser séduire par ce qui pourrait sembler être des projets de gains faciles". "L'attente est grande vis-à-vis de toutes les organisations mondiales pour éradiquer complètement la corruption ou les scandales", a déclaré Chadwick.

"On ne peut qu'espérer que la FIFA continuera à avancer dans la bonne direction". Les finances de l'organisation sont, en tout cas, restées excellentes malgré le scandale de l'arrestation de sept hauts dirigeants de la FIFA pour corruption avant son congrès de 2015. Plus de 200 millions de dollars remis par les autorités américaines à partir d'actifs saisis auprès des barons régionaux du football sont venus s'ajouter à la manne de la FIFA.


Lu 1183 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS