Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’équipe nationale au mois ‘’doute’’

La liste concoctée par le sélectionneur national Hervé Renard présente plusieurs certitudes, des retours, mais aussi des nouveautés et des choix contestables




Il y a eu des listes qui étaient un peu plus gravées dans le marbre. Celle-ci a su surprendre. Si quelques arbitrages sont objectivement discutables, certains choix radicaux témoignent d’une direction encombrée de peu de sentiments. La thématique de cette liste repose sur la nouveauté et la jeunesse. De la dernière, Hervé Renard a été contraint d’extraire les blessés (Bamou, El Kaoutari Abdelhamid, Ayoub Yassin). Mais personne ne l’a  poussé à écarter Soufiane Boufal et Ennesyri Youssef Feddal Zouhair, Amrabat Sofian ou encore Haddad Ismael, quand le trio de gardiens est inchangé.
En défense, alors que Mehdi Benatia retrouve sa place sans la moindre surprise après avoir abandonné son poste en avril, Zouhair Feddal reste sur le seuil. Ce dernier est le seul titulaire du dernier match contre le Cameroun à ne pas être reconduit en cette rentrée internationale. Il paye sans doute un peu pour sa piètre prestation contre le FC Barcelone, le Week-end dernier, et beaucoup pour celle de Yaoundé (défaite contre le Cameroun). Parmi les latéraux, de nouvelles têtes apparaissent. Comme le nouveau Amine Khammas, pur gaucher, appelé à venir au secours d’un poste où se sont relayés des droitiers, depuis la grave blessure du Lillois H. Mendyl, Achraf Hakimi et Soufiane Akkouch incarnent une race de latéraux remarquablement intéressants offensivement mais dont chacun n’est pas persuadé des qualités défensives. A ce poste d’arrière droit, Nabil Dirar, de presque toutes les listes depuis l’arrivée d’Hervé Renard, incarne une meilleure synthèse, sans doute.
On évoquait des arbitrages contestables ? Au milieu de terrain, Mbarek Boussoufa étire considérablement son crépuscule, parfois par ses performances propres, dans un championnat de qualité moindre et souvent par l’incapacité de ses concurrents à prendre sa place. Un peu à l’image de K. El Ahmadi, qui présente la nuance de jouer et d’être le capitaine du champion de Hollande en titre, contrairement à son compère.  La progression linéaire et constante de Youssef Ait Bennaser lui vaut d’être présent, encore une fois. Va-t-il réussir à bousculer l’ordre établi ? A voir.
Offensivement. Outre la reconduction de Younes Belhanda, Fayçal Fajr, Noureddine Amrabet et Mehdi Carcela, le milieu de terrain marocain va connaître le retour d’Oussama Tannane, à la faveur d’un début de saison réussi. Toujours dans la case revenants, en conflit avec le sélectionneur en juin dernier, le rappel de Hakim Ziyech, qui n’est pas encore tout à fait à son meilleur niveau, malgré un but et une passe décisive le week-end dernier, s’inscrit dans une logique pragmatique : le sélectionneur a probablement envie de faire de son joueur le plus talentueux, le noyau de son animation offensive, car il est peu probable que le gaucher d’Amsterdam soit revenu pour jouer les doublures.
En attaque, même si Mohamed Fouzair et Mohamed Ounajem ont été classés parmi les milieux de terrain pour laisser croire à une structure classique, la réalité est qu’il y a bien deux attaquants de plus à la place de Youssef Enessiry. L’un a été le principal instigateur de la qualification de l’équipe nationale des locaux pour le CHAN 2018, et sa sélection prend des allures de récompense, alors que le second a ébloui le monde arabe par ses fulgurances et sa qualité de dribble et de percussion avec le FUS de Rabat. Les choix du sélectionneur en attaque rappellent aussi que tout n’a pas été idéal dans cette ligne en juin, où les cinq attaquants n’ont inscrit aucun but en deux matchs (Pays-Bas et Cameroun). Ce manque n’as pas empêché Aziz Bouhaddouz, Rachid Alioui, Khalid Boutaib et Walid Azarou d’être présents. Mais c’est aussi à l’aune de ce constat qu’il faut lire le rappel de Mimoun Mahi, non utilisé en juin, mais en grande forme en ce début de saison, auteur de 2 buts en deux journées d’Eredivise.
La structure de la liste communiquée par Hervé Renard pour la double confrontation face au Mali comptant pour les 3e et 4e journées des éliminatoires (groupe C) de la Coupe du monde 2018, dans un groupe dominé par les Eléphants de la Côte d'Ivoire (4 points), suivis des Panthères du Gabon 2èmes ex aequo avec les Lions de l'Atlas (2 pts), puis des Aigles maliens (1 pt), peut être révélatrice d’un regret. Le sélectionneur a dévoilé en filigrane, le retour d’un plan de jeu en 3-4-3, qui pourrait être la cause de plusieurs maux, tant la réussite de cette tactique est fortement liée à la présence de latéraux aguerris et expérimentés, en somme, des caractéristiques qui ne font pas la force des jeunes joueurs appelés à occuper les couloirs.

Chady Chaabi
Jeudi 24 Août 2017

Lu 730 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés